Intempéries en France et en Italie: des corps retrouvés sur les côtes italiennes provenant sans doute de cimetières français

Intempéries en France et en Italie: des corps retrouvés sur les côtes italiennes provenant sans doute de cimetières français
Photo News

Les corps retrouvés sur les côtes italiennes sont en état de « grande décomposition » et « doivent très probablement correspondre » aux cercueils emportés dans les inondations de cimetières français, a déclaré lundi à l’AFP le préfet des Alpes-Maritimes.

Plusieurs corps ont été retrouvés dimanche sur une plage de Ligurie, en Italie, deux jours après les violentes intempéries qui ont frappé le sud-est de la France et le nord de l’Italie.

« Il ne s’agit pas de décès récents (…) mais de cadavres anciens qui doivent correspondre aux corps des cimetières engloutis par les flots d’eau », a encore déclaré le préfet Bernard Gonzalez.

« Nous sommes en train de rassembler des éléments pour les identifier. Mais c’est difficile car ils ont été retrouvés nus et nous n’avons pas d’éléments d’identification », avait expliqué lundi matin à l’AFP le garde-côte Giuseppe Semeraro, du port d’Imperia.

Selon le préfet, le bilan côté français était toujours d’un mort, un automobiliste retrouvé dans sa voiture immergée à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes) et huit personnes disparues. Ces disparitions reposent sur des « témoignages crédibles et directs », a-t-il précisé.

S’ajoutent à ce bilan, treize personnes « supposées disparues où on a des témoignages mais qui ne sont pas de “première main”  », a détaillé M. Gonzalez. Les pompiers des Alpes-Maritimes évoquent aussi un autre mort, retrouvé en Italie, près de Vintimille.

Enfin, les intempéries ont fait au moins 2 morts dans le nord de l’Italie, dans le Piémont et le Val d’Aoste, à quelques centaines de kilomètres – un pompier volontaire de 53 ans et un homme qui s’est noyé lorsque sa voiture est tombée dans une rivière.

Le préfet a également annoncé avoir pris un arrêté pour interdire la fréquentation des massifs des Alpes-Maritimes pour « au moins 15 jours » pour permettre aux secours en haute-montagne de se focaliser sur les secours des sinistrés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous