Jean-Luc Crucke: «On a mis fin à l’hyper présidence pour donner sa dernière chance à Georges-Louis Bouchez»

Jean-Luc Crucke: «On a mis fin à l’hyper présidence pour donner sa dernière chance à Georges-Louis Bouchez»
Photo News

On a mis fin à l’hyper présidence pour donner sa dernière chance à Georges-Louis Bouchez, il n’en aura pas deux. Il le sait très bien. Je n’ai pas de doutes qu’il saisira sa chance. » Jean-Luc Crucke s’est exprimé sur La Première après la décision des parlementaires MR des différentes entités du pays, au bout de plus de 4 heures de débats parfois vifs, de conserver leur confiance dans le président du parti, Georges-Louis Bouchez.

Celui-ci est dans la tourmente depuis la fin de la semaine passée en raison d’un casting ministériel particulièrement contesté en interne. Il sera toutefois encadré d’un ‘G11’, destiné notamment à assurer la collégialité des décisions du Mouvement réformateur.

Le ministre wallon a expliqué avoir découvert le casting fédéral sur les réseaux sociaux : « Cela ne se fait pas, la politique ce n’est pas que les réseaux sociaux et la communication. Dès que j’ai vu le casting je me dis ‘c’est illégal’, et je joins alors Georges-Louis Bouchez pour le lui dire. Et en dehors de l’illégalité, ce qui pour moi est vraiment choquant, au 21eme siècle, c’est comment on ne peut pas comprendre qu’un homme et une femme sont égaux ? »

Pour Jean-Luc Crucke, Georges-Louis Bouchez « doit accompagner la rénovation du MR dans un processus de gouvernance ». « On voit bien que la crise qu’on vient de vivre n’est pas uniquement due aux 4-5 jours de communication ratée, cela vient de plus loin, de fissures. »

Il a assuré ne pas vouloir prendre la place de président du MR. « Georges-Louis Bouchez, c’est le meilleur d entre nous » a-t-il conclu.

Sur le même sujet
PolitiqueMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous