Cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en attente de permis

Cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en attente de permis

Plus de cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en Belgique sont en attente d’un permis qui ne leur est toujours pas délivré «en raison de procédures lentes et complexes mais aussi de multiples recours», dénonce mardi l’Union professionnelle du secteur immobilier (UPSI). Elle estime le nombre d’emplois qui pourraient être activés sans ces retards à 120.000 et le manque à gagner de l’Etat belge à six milliards d’euros.

En moyenne, la crise du coronavirus a encore allongé de six mois le délai de délivrance d’un permis, selon l’UPSI.

L’organisation demande «instamment» aux pouvoirs publics de simplifier la procédure mais aussi de baisser le taux de la TVA «en vue de compenser le surcoût provoqué par la lenteur des procédures d’octroi des permis de bâtir».

La demande n’est pas neuve, mais elle s’appuie désormais sur un état des lieux réalisé par l’UPSI.

«La lenteur des procédures en matière d’octroi de permis de bâtir affecte non seulement la durée de nombreux projets immobiliers mais également la création d’emplois, les recettes de l’État et l’envie d’entreprendre dans notre pays», estime-t-elle. «Aujourd’hui, par ailleurs, pas moins de quatre projets sur dix font l’objet d’un recours. Et la durée de la procédure s’est encore allongée en raison du coronavirus. Le secteur veut tirer la sonnette d’alarme mais aussi proposer les solutions les plus intelligentes et les plus réalistes en cette période de vaches maigres budgétaires en vue d’améliorer enfin cette situation.»

Selon elle, la durée d’attente pour la délivrance d’un permis de bâtir s’élève à trois ans et 10 mois en Flandre, quatre ans en Wallonie et cinq ans et huit mois à Bruxelles.

Numériser, la solution ?

Pour l’UPSI, «ces retards interminables ne profitent à personne». Son enquête relève «qu’au moins cinq millions de mètres carrés de projets attendent un permis de construire», et il ne s’agirait selon elle que d’une sous-estimation. «De son côté, l’État se prive ainsi de solides recettes parce que près de 47% des ventes et construction de ces projets immobiliers aboutissent dans les caisses des pouvoirs publics», poursuit-elle.

Pour remédier au problème, l’UPSI appelle le gouvernement fédéral à instaurer à brève échéance une diminution du taux de TVA, en le faisant passer de 21% à 6%. Et cela sur la première tranche de 60.000 euros à l’achat d’une nouvelle habitation. Elle invite également les autorités régionales à accélérer la numérisation de leurs procédures.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ball4

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Une villa dans un clos à Overijse

  • Gilles Tijtgat: combler le fossé entre la complexité des textes et la pratique.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Des conseils juridiques concrets pour les agents

  • La cuisine est l’une des spécialités de Linea Ceramica.

    Linea Ceramica donne le ton pour la communication du futur

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10913768-019

    Nicolas Sarkozy, le crépuscule d’un fauve

  2. MANIFSFLEURS

    La jeunesse birmane ose affronter la vieille garde autoritaire en Birmanie

  3. h_56676115

    Coronavirus: il est difficile de comparer les vaccins

La chronique
  • Edouard Balladur, la Boverie et les vieux: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Edouard Balladur

    L’ancien Premier ministre français est fidèle à son image : il aura passé sa vie au second plan, derrière Pompidou puis derrière Chirac. Cette semaine, c’est encore Nicolas Sarkozy qui lui a fait de l’ombre dans les médias. Son acquittement pour des bidouillages financiers dans les années nonante est passé au second plan par rapport à la condamnation de l’ancien président. A 92 ans, on ne changera plus « Ballamou ».

    Quentin Dujardin

    Le musicien qui avait défié l’autorité en se produisant dans une église quasiment vide ne comparaîtra pas devant un tribunal et on est bien content pour lui. La justice...

    Lire la suite

  • La dictature du chiffre. Et de l’opinion…

    Les autorités de ce pays auraient-elles décidé de nous faire mourir en bonne santé ? On en viendrait à le croire à entendre de plus en plus de chercheurs en sciences humaines qui ne se privent d’affirmer que les effets secondaires toxiques des mesures prescrites pour enrayer la pandémie sont en train de prendre le pas sur leurs vertus prophylactiques : en termes de précarité et de santé mentale par exemple, singulièrement chez les jeunes.

    Fondamentalement, ils reprochent aux politiques d’...

    Lire la suite