Cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en attente de permis

Cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en attente de permis

Plus de cinq millions de mètres carrés de terrain à bâtir en Belgique sont en attente d’un permis qui ne leur est toujours pas délivré «en raison de procédures lentes et complexes mais aussi de multiples recours», dénonce mardi l’Union professionnelle du secteur immobilier (UPSI). Elle estime le nombre d’emplois qui pourraient être activés sans ces retards à 120.000 et le manque à gagner de l’Etat belge à six milliards d’euros.

En moyenne, la crise du coronavirus a encore allongé de six mois le délai de délivrance d’un permis, selon l’UPSI.

L’organisation demande «instamment» aux pouvoirs publics de simplifier la procédure mais aussi de baisser le taux de la TVA «en vue de compenser le surcoût provoqué par la lenteur des procédures d’octroi des permis de bâtir».

La demande n’est pas neuve, mais elle s’appuie désormais sur un état des lieux réalisé par l’UPSI.

«La lenteur des procédures en matière d’octroi de permis de bâtir affecte non seulement la durée de nombreux projets immobiliers mais également la création d’emplois, les recettes de l’État et l’envie d’entreprendre dans notre pays», estime-t-elle. «Aujourd’hui, par ailleurs, pas moins de quatre projets sur dix font l’objet d’un recours. Et la durée de la procédure s’est encore allongée en raison du coronavirus. Le secteur veut tirer la sonnette d’alarme mais aussi proposer les solutions les plus intelligentes et les plus réalistes en cette période de vaches maigres budgétaires en vue d’améliorer enfin cette situation.»

Selon elle, la durée d’attente pour la délivrance d’un permis de bâtir s’élève à trois ans et 10 mois en Flandre, quatre ans en Wallonie et cinq ans et huit mois à Bruxelles.

Numériser, la solution ?

Pour l’UPSI, «ces retards interminables ne profitent à personne». Son enquête relève «qu’au moins cinq millions de mètres carrés de projets attendent un permis de construire», et il ne s’agirait selon elle que d’une sous-estimation. «De son côté, l’État se prive ainsi de solides recettes parce que près de 47% des ventes et construction de ces projets immobiliers aboutissent dans les caisses des pouvoirs publics», poursuit-elle.

Pour remédier au problème, l’UPSI appelle le gouvernement fédéral à instaurer à brève échéance une diminution du taux de TVA, en le faisant passer de 21% à 6%. Et cela sur la première tranche de 60.000 euros à l’achat d’une nouvelle habitation. Elle invite également les autorités régionales à accélérer la numérisation de leurs procédures.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210512-GMMWT6 2021-05-12 16_46_30

    Vaccination: la question d’une troisième dose à l’étude

  2. Les chaînes de restaurants attendent impatiemment le 9 juin pour, à nouveau, accueillir les consommateurs en intérieur.

    Les chaînes de restaurants ont, elles aussi, faim de reprise

  3. Le 15 février dernier, le président du PS inaugurait le premier live Twitch de son parti.

    Quand les politiques débarquent sur Twitch

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 430: la party (épisode 2)»

    La semaine dernière, il s’est passé un truc incroyable.

    On l’a reçue. L’invitation à la fête du siècle. On l’a enfin reçue. Mardi 14h09, « n’oubliez pas votre QR Code et votre carte d’identité ». Tu parles, et le reste ! La veste à paillettes, les ongles vermillon, les chaussures pour danser toute l’après-midi, une pêche comme on n’en a plus connue depuis l’été 2006 et une demi-heure d’avance si jamais y a la file.

    Ah tiens non. Pas de file et tant mieux : il pleut. Devant, une femme parfumée, en jean étroit, sac argenté et talons qui font smoutch smoutch dans la boue, s’abrite sous un parapluie « The Pen », ce qui est très bon signe parce que « The Pen » vaut pour « The Peninsula », une chaîne de palaces-hôtels les plus chics au monde. Bref, du beau monde. Ça commence bien.

    Ah tiens non. En tentant de lire sur son parapluie si elle s’est fait le Peninsula de Hong Kong, Tokyo ou Chicago, on marche dans une énorme flaque qui tente de nous aspirer la...

    Lire la suite

  • Le projet de loi pandémie, démocratiquement problématique

    L’opposition n’a pas tout faux quand elle reproche à la majorité d’avoir confectionné un projet de loi pandémie qui néglige le Parlement, et la majorité n’a pas tout à fait tort quand elle prétend que son texte offre des garanties. Pour autant, la vérité n’est pas au milieu, le problème est ailleurs…

    En consacrant les politiques mises en œuvre depuis plus d’un an, du confinement à la restriction des libertés en passant par...

    Lire la suite