L’université d’Anvers accélère la construction de Vaccinopolis

L’université d’Anvers accélère la construction de Vaccinopolis

Le projet commun de l’UA et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), pour lequel le gouvernement fédéral a débloqué 20 millions d’euros, recevra un traitement d’urgence. L’université anversoise a été informée lundi du consortium d’entreprises qui s’attèlera à la construction du campus Drie Eiken Vaccinopolis, un centre pouvant recevoir en quarantaine jusqu’à 30 personnes disposées à tester de nouveaux vaccins. Le consortium IMM/Unity a remporté l’appel d’offre.

Les différents partenaires ont soumis lundi la demande de permis de construire et espèrent pouvoir commencer les travaux début 2021. La construction se fera dans un délai extrêmement court. La dernière brique du bâtiment de quatre étages devra en effet être posée dans les douze mois.

Les entreprises pharmaceutiques se montrent particulièrement intéressées par la mise en place d’un tel projet. «Nous avons reçu des demandes de la part d’entreprises belges et étrangères avant même de débuter les travaux», affirme le vaccinologue Pierre Van Damme de l’Université d’Anvers.

Située à la frontière d’Edegem et Wilrijk (province d’Anvers), l’infrastructure comprendra une salle d’essais cliniques, des laboratoires, des bureaux, des salles de consultation et des aménagements d’hébergement et de loisirs. Les 30 personnes infectées par le coronavirus et admises pour des tests dits «de provocation» seront réparties en deux groupes. Le premier groupe recevra un candidat vaccin tandis que l’autre se verra administrer un placebo.

«Nous avons opté pour 30 lits car il y a une certaine fiabilité statistique à partir de ce nombre-là», ajoute le professeur Van Damme. Il existe peu de centres de recherche similaires. «Il y en a un au Royaume-Uni et trois aux États-Unis. Mais le nombre de lits y est souvent plus faible et les vaccins sont spécialisés pour des virus spécifiques. Vaccinopolis va aller au-delà», conclut le vaccinologue.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ACHILLE FALISE (1)

    20 ans en 2020: a-t-on affaire à une future «génération sacrifiée»?

  2. Le marché matinal de Bruxelles limite la casse due à la fermeture des restos car les commerces de détails achètent davantage de marchandises.

    Coronavirus: c’est également la cata pour les fournisseurs de l’horeca

  3. d-20201014-GJEDJR 2020-10-15 08:07:06

    La fermeture de l’Horeca passe mal, les Régions grondent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 85»: la contamination

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Josette, au téléphone qui explique qu’elle est bien embêtée parce qu’elle a contaminé six personnes. « Houlà, tu as eu le coronavirus, Josette ? on lui demande. -Oui, Gérard et moi, on l’a eu. Lui, il a beaucoup toussé, moi surtout très fatiguée, mais c’est pas ça le plus grave. Tu te rends compte : ON A CONTAMINÉ SIX PERSONNES ! »

    Vous voulez le fil de l’histoire ? Mille fois mieux que l’appli Coronalert, la mémoire de Josette a tout tracké. Selon elle, ça a commencé au resto. A quatre, avec un couple de cousins qui repartaient chez eux, à Nashville (USA) quelques jours plus tard. « On a manqué de pot, elle explique. Parce qu’on est super prudents, on se lave les mains, Gérard ne sort jamais, il est bien dans son jardin, bien dans sa maison, et j’ai toujours mon gel sur moi. Mais je n’ai pas pensé à lui en faire prendre en sortant du restaurant. Il l’a attrapé le premier puis me l’a...

    Lire la suite

  • Vivre ou mourir? Le choix, c’est celui-là. Arrêtons de jouer

    Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. » En ces temps terribles, la phrase de Chevènement vaut pour les ministres au pouvoir et leurs présidents de parti. On n’a déjà pas tant de certitudes à faire passer aux citoyens et on n’a plus tant de citoyens prêts à les suivre : si on ajoute à ces deux énormes obstacles une dissension publique entre les hommes politiques aux commandes sur le bien-fondé des mesures, on ne va pas gagner la partie....

    Lire la suite