Nouveau système de digues à Venise: la fin d’un chantier controversé (photos)

Alors qu’ils avaient enfilé bottes en caoutchouc et cirés, habitants et touristes venus observer l’«acqua alta», une marée particulièrement haute inondant des dizaines de boutiques et hôtels ainsi que la fameuse place Saint-Marc, en ont été pour leurs frais, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

«C’est beaucoup mieux pour Venise. Aujourd’hui les magasins sont restés ouverts alors qu’hier beaucoup étaient fermés. Et on n’a pas besoin d’utiliser les passerelles» en bois installées sur la place, devant la basilique, confiait à l’AFP Eric Faure, un touriste venu de Perpignan (sud-ouest de la France).

La montée des eaux, qui était attendue à son pic à la mi-journée, n’a pas eu lieu, retenue par un nouveau système de digues mobiles. L’an dernier le 12 novembre, la cote avait atteint 1,87 m au-dessus du niveau de la mer, une des mesures les plus hautes jamais enregistrées, et avait dévasté la ville.

Des dizaines d’églises de la ville classée au patrimoine mondial de l’humanité avaient été endommagées.

Le patriarche de Venise, Francesco Moraglia, a salué «un jour d’espérance» tandis que le président de l’Association des commerçants de la place Saint-Marc a évoqué lui «un jour historique».

«C’est juste une petite flaque», s’est félicité Claudio Vernier. «Normalement on aurait dû avoir de l’eau jusqu’aux genoux».

Un système d’ingénierie complexe

Soulagement, donc, pour les artisans vénitiens qui ont énormément souffert du confinement et de l’arrêt de l’activité des croisiéristes dus à la pandémie de coronavirus.

«Hier la marée était beaucoup plus basse et l’eau était pourtant plus haute sur la place. Aujourd’hui la place est complètement vide d’eau. C’est incroyable», s’est réjoui Giovanni Fabris, un marchand de vêtements sur la place Saint-Marc.

Venise compte en son coeur seulement 50.000 habitants, mais reçoit chaque année 36 millions de visiteurs, dont 90% d’étrangers souvent débarqués d’immenses paquebots, une manne pour les uns, une plaie et une source de pollution inacceptable pour les autres.

Le projet MOSE (Moïse en italien, Module expérimental électromagnétique), inauguré cette année, est un système d’ingénierie complexe permettant «l’imperméabilisation» de la Sérénissime grâce à 78 digues placées aux points d’entrée de la lagune.

Il s’agit d’un réseau de caissons remplis d’eau, censés pouvoir se relever en 30 minutes, pour créer une barrière capable de résister à une montée des eaux de trois mètres au-dessus de la normale.

Elaboré dans les années 1980

Le Premier ministre Giuseppe Conte avait assisté en juillet au test officiel de cette barrière anti-inondation dont la construction controversée a été interminable et coûteuse.

Élaboré dans les années 1980, le chantier du MOSE a démarré en 2003 et il aurait dû être prêt il y a déjà quatre ans. Mais il a pris du retard à cause de scandales de corruption et de surcoûts, pour une facture estimée à plus de sept milliards d’euros.

«Espérons que Moïse continue à bien fonctionner. C’est comme ça qu’on pourra sauver Venise», assurait samedi Nicoletta De Rossi, une Vénitienne de 56 ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite