Nouveau système de digues à Venise: la fin d’un chantier controversé (photos)

Alors qu’ils avaient enfilé bottes en caoutchouc et cirés, habitants et touristes venus observer l’«acqua alta», une marée particulièrement haute inondant des dizaines de boutiques et hôtels ainsi que la fameuse place Saint-Marc, en ont été pour leurs frais, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

«C’est beaucoup mieux pour Venise. Aujourd’hui les magasins sont restés ouverts alors qu’hier beaucoup étaient fermés. Et on n’a pas besoin d’utiliser les passerelles» en bois installées sur la place, devant la basilique, confiait à l’AFP Eric Faure, un touriste venu de Perpignan (sud-ouest de la France).

La montée des eaux, qui était attendue à son pic à la mi-journée, n’a pas eu lieu, retenue par un nouveau système de digues mobiles. L’an dernier le 12 novembre, la cote avait atteint 1,87 m au-dessus du niveau de la mer, une des mesures les plus hautes jamais enregistrées, et avait dévasté la ville.

Des dizaines d’églises de la ville classée au patrimoine mondial de l’humanité avaient été endommagées.

Le patriarche de Venise, Francesco Moraglia, a salué «un jour d’espérance» tandis que le président de l’Association des commerçants de la place Saint-Marc a évoqué lui «un jour historique».

«C’est juste une petite flaque», s’est félicité Claudio Vernier. «Normalement on aurait dû avoir de l’eau jusqu’aux genoux».

Un système d’ingénierie complexe

Soulagement, donc, pour les artisans vénitiens qui ont énormément souffert du confinement et de l’arrêt de l’activité des croisiéristes dus à la pandémie de coronavirus.

«Hier la marée était beaucoup plus basse et l’eau était pourtant plus haute sur la place. Aujourd’hui la place est complètement vide d’eau. C’est incroyable», s’est réjoui Giovanni Fabris, un marchand de vêtements sur la place Saint-Marc.

Venise compte en son coeur seulement 50.000 habitants, mais reçoit chaque année 36 millions de visiteurs, dont 90% d’étrangers souvent débarqués d’immenses paquebots, une manne pour les uns, une plaie et une source de pollution inacceptable pour les autres.

Le projet MOSE (Moïse en italien, Module expérimental électromagnétique), inauguré cette année, est un système d’ingénierie complexe permettant «l’imperméabilisation» de la Sérénissime grâce à 78 digues placées aux points d’entrée de la lagune.

Il s’agit d’un réseau de caissons remplis d’eau, censés pouvoir se relever en 30 minutes, pour créer une barrière capable de résister à une montée des eaux de trois mètres au-dessus de la normale.

Elaboré dans les années 1980

Le Premier ministre Giuseppe Conte avait assisté en juillet au test officiel de cette barrière anti-inondation dont la construction controversée a été interminable et coûteuse.

Élaboré dans les années 1980, le chantier du MOSE a démarré en 2003 et il aurait dû être prêt il y a déjà quatre ans. Mais il a pris du retard à cause de scandales de corruption et de surcoûts, pour une facture estimée à plus de sept milliards d’euros.

«Espérons que Moïse continue à bien fonctionner. C’est comme ça qu’on pourra sauver Venise», assurait samedi Nicoletta De Rossi, une Vénitienne de 56 ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Terrasses

    Réouverture de l’horeca: les bourgmestres frondeurs persistent, le fédéral reste inflexible sur la date

  2. PHOTONEWS_10865389-082

    Réouverture de l’horeca: un bourgmestre ne peut pas empêcher la police de verbaliser

  3. d-20210205-GL598J 2021-04-14 11_55_07

    Voyages: quelles sont les mesures en vigueur dans les pays prisés des Belges? (carte interactive)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Il faut savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite