Accueil Économie Entreprises

L’ex-CEO de Lunch Garden met les actionnaires en cause

La chaîne de restaurants veut supprimer 138 emplois en raison de la crise sanitaire. Mais, pour l’ancienne patronne de l’entreprise, l’actionnaire Freshstream est responsable d’avoir fragilisé les comptes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Grosse indigestion pour le millier de travailleurs de Lunch Garden et pour leurs représentants syndicaux. Ce mardi matin, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, la direction de la chaîne de 75 restaurants (dont 45 intégrés) a annoncé son intention de mettre en place un plan de transformation de l’entreprise axé sur des réductions de coûts. Il s’agit notamment de supprimer 138 emplois, soit 15 % du personnel, en passant prioritairement par des prépensions et par des crédits temps, afin de limiter le plus possible les licenciements secs. Il n’empêche, le coup social est rude.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par De Potter Claude, jeudi 8 octobre 2020, 11:05

    Ne me parlez plus d'investisseurs ou d'actionnaires mais de SPECULATEURS n'ayant souvent aucun scrupule. Faire du fric, toujours plus de fric.

  • Posté par Patrick Yamedjeu, lundi 27 septembre 2021, 10:21

    Aucune scrupule comme vous dites. Une seule règle: un rendement à 2 chiffres. Si pas, on utilise la variable d'ajustement la plus "simple": Virer des gens ou fermer quelques magasins. Et si le rendement à court terme n'est toujours pas là, on vend le tout au premier arrivé et on se tire.

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 7 octobre 2020, 9:15

    Faut il croire quelqu un qui a quitté la société ? Et sont ils les seuls? Les bénéfices de l horeca sont en chute libre,pas besoin d être économiste pour le savoir

  • Posté par VINCENT Patrick, mercredi 7 octobre 2020, 8:53

    Le père ou la mère de famille qui travaille dur , les actionnaires n'en ont rien à faire . Peu importe aux actionnaires qu'ils mettent des familles entières dans la misère, ce qui leur importe c'est les dividendes. Triste époque d'individualisme/d'égoïsme et du pognon d'abord

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs