Accueil Économie Consommation

Privés de blockbusters, les cinémas font le gros dos

Les reports de plusieurs films à gros budget vont priver les cinémas de rentrées bienvenues. Une mauvaise nouvelle, mais pas (encore) une catastrophe pour autant.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 4 min

S’il est une industrie mondialisée, c’est bien celle du cinéma « hollywoodien ». Et c’est précisément dans ce cadre qu’il faut interpréter la multiplication des reports de sorties de blockbusters sur lesquels comptaient pourtant nombre de cinémas pour tenter de sauver une année largement noircie par la crise du coronavirus. Parmi les derniers reports en date, celui du nouveau James Bond notamment, dont la sortie initialement prévue pour le printemps est désormais postposée à l’année prochaine après l’avoir été dans un premier temps à l’automne, a fait l’effet d’une douche froide.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs