La saison 2020-2021 au Théâtre National: les reprises étoilées à ne pas manquer

«
Pueblo
».
« Pueblo ».

Très attendu : Conversation avec Angela Davis

Le Théâtre National nous gâte cette année encore avec de remarquables univers belges (Serge Aimé Coulibaly, Raoul Collectif, Françoise Bloch, Eline Schumacher, Vincent Hennebicq, Jean-Michel d’Hoop, David Murgia, La Brute) et internationaux (Joël Pommerat, Christiane Jatahy, Roger Bernat, etc.). Mais, au-delà des spectacles, l’institution crée aussi des rencontres d’exception. Ce sera le cas avec la venue d’Angela Davis, icône des droits civiques. La militante américaine dialoguera avec la jeunesse bruxelloise – adolescents et étudiants – à propos de l’engagement politique et social en 2020, qui résonne entre les continents et les générations.

Toute la saison.

Nos critiques des reprises

Contes et légendes * * *

Du 10 au 28 novembre

Joël Pommerat réussit un nouveau coup de maître. Une fable légèrement futuriste où le théâtre, l’enfance, le genre et les robots sont autant de constructions sociales. Il y est beaucoup question d’intelligence artificielle et pourtant, tout y est profondément humain. En incroyable prestidigitateur qu’il est, le metteur en scène brouille constamment les données. Qu’est-ce qui est vrai et qu’est-ce qui est faux ? Qui est garçon, qui est fille ?

Pueblo

Du 5 au 9 janvier 2021

Pueblo creuse dans la misère humaine comme on charcute une hernie, mais avec d’heureux palliatifs pour faire passer la douleur. L’écriture bondissante d’Ascanio Celestini, le jeu haletant et désarmant de David Murgia, les digressions humoristiques, les personnages truculents, l’accompagnement musical endiablé : tout cela nous aimante dans un spectacle sur lequel il pleut, certes, mais de ces pluies qui vous lavent un bon coup.

Wakatt

Du 12 au 16 janvier

Accompagnés par le Magic Malik Orchestra, dix danseurs se démènent dans un monde aux allures post-apocalyptiques où l’on bascule rapidement vers un constat sans appel : « Putain ! On y est ! », lance l’un des danseurs. « Dans-la-mer-de!!! » Tensions, affrontements, courses sauvages se succèdent, s’entremêlent dans cette chorégraphie de Serge-Aimé Coulibaly. Chacun cherche une porte de sortie mais il n’y aura pas de happy end. Juste une humanité grouillante où tous tentent de trouver de nouvelles manières de vivre.

Le présent qui déborde

Du 30 janvier au 1er février

Christiane Jatahy fait le parallèle entre l’ Odyssée d’Ulysse et celles d’hommes et de femmes d’aujourd’hui, obligés de quitter leur pays tout en rêvant d’y retourner. Tous sont comédiens, venus de Syrie, d’Afrique du Sud, du Brésil, de Palestine, de Grèce… Nous les découvrons sur grand écran, racontant leur vie ou jouant des extraits de l’ Odyssée . Mais aussi dans la salle, non pas sur le plateau, mais dans les gradins à nos côtés. Une manière de rappeler que nous sommes tous dans le même bateau et que cette histoire d’exil et d’errance existe depuis la nuit des temps et ne risque pas de disparaître de sitôt.

Paying for it

Du 16 au 20 février

Après trois ans d’investigation, le collectif La Brute donne la parole aux travailleu(r)ses du sexe. Sans fard, le spectacle redonne une humanité à des êtres stigmatisés. Cette pièce en forme d’enquête sur l’histoire, les tabous, l’hypocrisie et les stigmates de la prostitution en Belgique aborde aussi la place du sexe et des femmes dans la société. Chercheuses, policiers, prostitué(e)s, écrivaines, artistes : tous soulèvent un voile salutaire et humaniste sur un sujet qui dérange.

Normal

Du 23 février au 6 mars

Elles sont trois, enfermées dans les sous-sols d’une administration, à trier, ranger et redonner vie aux objets oubliés. Oubliés comme ces trois femmes qui n’ont pas choisi d’être là mais qui y ont abouti suite aux aléas de la vie. Entre cirque, théâtre d’objets, clowns sans masques ni maquillage et univers onirique, Normal est un spectacle fragile mais plein de surprises sur tous ces invisibles, vivants ou inanimés, qui ne demandent qu’à retrouver une utilité.

Tchaïka

Du 20 avril au 1er mai

Auréolée de prix au Chili, cette troublante adaptation de la Mouette de Tchékhov se crée en français. La pièce de Natacha Belova et Tita Iacobelli tisse une mise en abîme infinie : une vieille actrice, au crépuscule de sa carrière, reprend du service sous la forme d’une marionnette, à taille humaine, qui n’est autre que le double vieilli de la comédienne qui la manipule. Une pièce démente sur les gouffres vertigineux de la vieillesse mais aussi du théâtre.

Le dernier salut

Du 5 au 15 mai

Mettant fin à leur résidence permanente au Théâtre National, Patrick Donnay, Alfredo Cañavate et Jean-Pierre Baudson fêtent leur retraite avec panache. Et vous convient à un safari urbain d’une poésie punk pour rendre hommage à leur métier de comédien. Casque sur les oreilles, vous arpentez avec eux les rues. Ils déclament du Stig Dagerman, slament du Corneille, chantent du Gainsbourg ou du Reggiani, racontent leurs souvenirs et se frottent aux passants. Et la nuit semble soudain leur appartenir.

Home

Du 20 au 29 mai

Dans une résidence pour personnes âgées, un homme et deux femmes se côtoient sans vraiment se voir tandis que le temps passe lentement, inexorablement, en silence. Audacieux, drôle, émouvant, ce spectacle de Magrit Coulon est entièrement basé sur les gestes lents, hésitants, les mimiques qui semblent chercher ce qu’elles pourraient bien signifier. Entre réflexions hilarantes et moments bouleversants, voici un formidable spectacle sur ces oubliés du monde qui regardent s’écouler lentement leurs dernières années.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous