Coronavirus: Trump promet que le traitement dont il a bénéficié sera disponible gratuitement

Coronavirus: Trump promet que le traitement dont il a bénéficié sera disponible gratuitement

Le président américain Donald Trump a encensé le traitement qu’il a reçu lors de son hospitalisation pour le Covid-19, jugeant que c’était une «bénédiction de Dieu» et qu’il comptait le rendre rapidement disponible gratuitement pour tous les Américains. Il s’exprimait mercredi soir dans un message vidéo posté sur son compte Twitter.

«Peut-être me reconnaissez-vous, je suis votre président favori», a lancé d’emblée le président conservateur qui joue sa réelection le 3 novembre prochain en entame de sa déclaration. Donald Trump, infecté par le coronavirus, a retrouvé le Bureau ovale mercredi après avoir été hospitalisé quatre jours et reçu un traitement aux anticorps de synthèse de la société Regeneron.

«C’était incroyable, je me suis tout de suite senti bien», a affirmé le milliardaire dans son message vidéo au sujet de ce traitement qui n’a pas encore fait de demande d’autorisation et poursuit les essais cliniques.

Faisant aussi référence au traitement similaire du laboratoire pharmaceutique américain Eli Lilly, le président a assuré essayer d’obtenir ces traitements «de manière urgente», pour que les personnes hospitalisées, et surtout âgées, puissent l’obtenir «gratuitement» et «rapidement». «Nous avons des centaines de milliers de doses prêtes, j’ai l’autorisation d’urgence prête, nous n’avons plus qu’à la faire signer maintenant», a encore garanti Trump.

Discours ambigu et erroné

Suggérant qu’il s’agissait non seulement d’un moyen thérapeutique, mais aussi d’un «remède», il a estimé que ces produits étaient désormais plus important à ses yeux que l’obtention d’un vaccin. «Je veux que chacun reçoive le même traitement que le président, parce que je me sens bien, parfait. Je crois que c’était une bénédiction de Dieu que je le reçoive», a encore observé le président des Etats-Unis. «Nous allons avoir ce médicament, ce sera gratuit, disponible au plus vite dans les hôpitaux. Et vous allez voir des choses formidables se passer», a encore conclu le président depuis sa quarantaine à la Maison Blanche.

Cependant, l’Agence américaine des médicaments (FDA) doit encore étudier les données, et notamment les éventuels effets secondaires, pour décider d’autoriser ou non la commercialisation du traitement, et sous quelles conditions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous