«Communication catastrophique», «tracing inefficace», «morts déshumanisés»: Emir Kir charge le fédéral

«Communication catastrophique», «tracing inefficace», «morts déshumanisés»: Emir Kir charge le fédéral

Invité ce jeudi matin sur LN24, le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir a lourdement chargé le fédéral, qu’il estime responsable de la crise sanitaire. « Ce ne sont pas les communes qui sont responsables de la crise sanitaire, c’est l’État fédéral », a-t-il commencé. Le ton est donné.

« Le problème, c’est les résultats des tests. Pour faire un test, c’est la croix et la bannière. Il faut parfois attendre 4 ou 5 jours pour avoir un résultat. Le tracing est inefficace, tout le monde le sait. Les gens ne sont pas contactés, ne se conforment pas aux règles. La quarantaine n’est pas obligatoire. On est dans un schéma où les règles appliquées par le fédéral ne sont pas appliquées réellement ». Les communes font donc ce qu’elles peuvent, comme elles le peuvent.

Et c’est loin d’être facile, selon Emir Kir. « Je n’ai pas reçu une information sur un cluster dans ma commune. Pas une. Comment voulez-vous que je puisse agir localement ? Les mesures que je peux prendre en tant que bourgmestre, ce sont des mesures générales. » Et d’énumérer les exemples de mesures dans sa commune : « Nous avons décidé de travailler à bureaux fermés. Nous avons fermé toutes les salles sportives, les salles polyvalentes depuis deux semaines déjà. Nous avons décidé d’annuler toutes les activités non essentielles. Nous avons limité les mariages à dix personnes. »

Mais les mesures fédérales sont arrivées trop tardivement, face à des chiffres qu’on voit « augmenter depuis quatre semaines ». Il fustige la communication « catastrophique » du gouvernement. « Au lieu d’avoir des chiffres quotidiens, ils ont inventé un truc extraordinaire : on noie le poisson, on fait des moyennes sur la semaine et pour le citoyen lambda, il est impossible d’avoir le chiffre d’hier. Une autre technique qu’ils ont avec leurs statistiques qui est extraordinaire : on déshumanise les morts. On meurt avec des virgules, c’est honteux. Qu’on dise combien il y a de morts la veille et le jour même pour avoir une idée. On a trouvé des techniques au niveau des chiffres pour mettre des moyennes mais on cache la croissance », reproche-t-il.

Le système de bulles décrété mardi ? « Incompréhensible ». Et inapplicable. « Comment voulez-vous contrôler une bulle quand il n’y a pas une liste qui est déposée à un endroit ? ». Difficile donc pour la police de faire son travail. Les mesures régionales, il les regrette mais les soutient pleinement. « Quand on regarde les chiffres, si on ne prend pas des mesures, la ville va se fermer d’elle-même. C’était inéluctable. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous