Coronavirus: les cafés servant des petits repas à Bruxelles doivent aussi fermer leurs portes

Coronavirus: les cafés servant des petits repas à Bruxelles doivent aussi fermer leurs portes
Pierre-Yves Thienpont

Les bars, cafés et salons de thé de la capitale devront demeurer porte close, durant un mois à partir du 8 octobre. Idem pour les buvettes des clubs de sport professionnels et amateurs. Ainsi en a décidé mercredi la cellule bruxelloise de crise composée notamment des bourgmestres, des chefs des zones de police, de la Haute fonctionnaire provinciale, de représentants de la Commission Communautaire Commune. Les restaurants eux restent ouverts.

Selon le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, cette mesure -et les autres qui ont été prises mercredi matin- sont justifiées par l’aggravation du nombre de contaminations au Covid-19, mais surtout par la mise sous tension du réseau hospitalier de la Région-capitale.

Mais qu’en est-il des cafés et bars qui ne servent des petits repas à titre complémentaire (sandwichs, snacks, tapas, en-cas, croques) ? Peuvent-ils garder leurs portes ouvertes, comme les restaurants ? La réponse, négative, a été clarifiée selon Belga par le cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort (PS), après la publication ce jeudi de l’arrêté imposant la fermeture des bars, cafés et salons de thé dans la capitale, pour un mois.

Seuls les restaurants de la région bruxelloise, c’est-à-dire les établissements dont l’activité principale est la restauration, sont autorisés à rester ouverts pendant le mois à venir. Les cafés et les bars qui ne servent que de petits repas, mais surtout des boissons, doivent fermer leurs portes. Leur code NACE 56.102 « restauration à service restreint » n’a pas été inclus dans l’ordonnance afin d’éviter toute confusion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous