Le coronavirus a aussi un impact sur l’égalité femmes-hommes au travail

Le coronavirus a aussi un impact sur l’égalité femmes-hommes au travail

La crise du coronavirus a un impact économique certain sur les entreprises, mais elle influe aussi sur l’égalité des femmes et des hommes dans la sphère professionnelle. Le virus et les mesures qui ont été prises pour freiner sa progression ont modifié l’emploi du temps des travailleurs, ceux qui ont des enfants notamment, ressort-il d’un webinaire organisé par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes qui s’est tenu jeudi.

« Globalement, les hommes ont autant télétravaillé que les femmes », a expliqué Véronique De Baets, porte-parole de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. En revanche, des mesures spécifiques prises en soutien aux travailleurs sont davantage « genrées ». C’est le cas du congé parental corona, qui a été plus populaire auprès des travailleuses, et de loin. Ainsi, en mai 2020, 67 % des bénéficiaires de cette mesure étaient des femmes. Cette proportion n’a fait qu’augmenter ensuite, pour atteindre 78 % en août.

Le coronavirus a influencé l’emploi du temps des travailleurs, ressort-il d’une étude du groupe de recherche TOR de la Vrije Universiteit Brussel. Télétravail oblige, les travailleurs ont passé beaucoup plus de temps chez eux. L’organisation du travail domestique s’en est trouvée modifiée, les hommes y ayant passé légèrement plus de temps. Les femmes, elles, ont réduit le temps global consacré au travail domestique, mais en grande partie parce que certaines tâches d’habitude attribuées aux femmes ne devaient plus être effectuées (aller chercher les enfants à l’école, par exemple), a expliqué le chercheur Theun Pieter van Tienoven.

Par ailleurs, la manière dont les collaborateurs ont organisé leur travail rétribué n’a pas été fortement modifiée. La plupart des collaborateurs ont continué à travailler de 9h à 17h. Une partie des travailleurs masculins a toutefois travaillé en soirée entre 19h et 20h.

« Il faut faire attention à ce que les mesures anti-covid ne creusent pas davantage l’écart entre hommes et femmes », a souligné Véronique De Baets. L’Institut préconise une évaluation des mesures prises sous la loupe des inégalités de genres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous