Accueil Société

Fermeture des cafés à Bruxelles : faut-il traiter les communes au cas par cas?

Les mesures drastiques qui frappent l’horeca et les lieux de rassemblements bruxellois s’appliquent désormais à l’ensemble des 19 communes de la capitale. Et visiblement, ça ne plaît pas à tout le monde. Débat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Les mesures drastiques qui frappent l’horeca et les lieux de rassemblements bruxellois s’appliquent désormais à l’ensemble des 19 communes de la capitale. Et visiblement, ça ne plaît pas à tout le monde, alors que les disparités territoriales en matière de contamination sont importantes dans la capitale – les communes densément peuplées de Molenbeek, Saint-Josse et Koekelberg dépassent toutes le seuil des 600 contaminations pour 100.000 habitants sur 14 jours, là où Auderghem, en fin de classement, plafonne à 250/100.000. Dans la Libre, la cheffe de groupe du MR au parlement bruxellois Alexia Bertrand fustigeait déjà ce jeudi matin l’application uniformisée de mesures au niveau régional. « On le sait, les quatre communes citées sont des quartiers densément peuplés, où la population est le plus souvent précarisée et où le niveau d’éducation et d’information est moindre. Cessons de traiter le territoire de la Région bruxelloise comme s’il était homogène », déclarait-elle dans les colonnes de nos confrères.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Philippe Schuster, vendredi 9 octobre 2020, 14:41

    Je ne vois pas ou est le débat: PS (tiens tiens) et Défi (rancune tenace) tapent sur le MR(ben voyons). Suivent l'avis concordant d'une sociologue et d'un épidémiologiste. En tout cas pas convaincu. Pour moi les bourgmestres ne prennent pas leur responsabilité. Au lieu de se plaindre du fédéral, ils devraient surveiller et cibler les lieux dangereux dans leurs communes respectives: définir les zones ou le port du masque est obligatoire, contrôle du respect des normes sanitaires dans l'Horeca, sur les marchés, dans les magasins. Est ce insurmontable pour ceux qui aiment prétendre être plus proche des gens et du terrain que les autres pouvoirs?

  • Posté par joseph castermans, vendredi 9 octobre 2020, 10:28

    Je suis d’avis que mme Bertrand a raté une bonne occasion de se taire

  • Posté par Coulon Michel, vendredi 9 octobre 2020, 10:24

    Un traitement au cas par cas n'a de sens que s'il est accompagné d'une interdiction de circuler hors de sa commune ou 1 ou 2 km; avec controles fréquents a l'appui. Donc c'est irréaliste

  • Posté par lamine jenny, vendredi 9 octobre 2020, 9:33

    Comment des personnes 'politique' ayant soi disant reçu une instruction du plus haut niveau peuvent sortir des âneries telles que mettre des mesures de sécurite différentes de communes à communes: ayant un niveau intellectuel de loin inférieur aux politiciens j'ai immédiatement trouvé parade à cette proposition, je vais aller m'amuser dans la commune voisine qui est moins visée par les mesures de sécurité: les hommes/femmes 'politique' feraient bien mieux de se taire et porter le masque en toute circonstance, vous n'êtes pas au dessus des autres et référez vous aux scientifiques qui eux savent de quoi ils parlent

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 9 octobre 2020, 9:17

    La réalité urbaine est celle des vases communicants - même au-delà des limites de la Région, par exemple vers Vilvorde. Il est donc tout à fait clair que circonscrire l'application des mesures aux seules communes dont les populations sont plus largement composées de jeunes oisifs indisciplinés et en général irresponsables n'aurait que peu d'effet, malgré les études sociologiques démontrant que ces jeunes-là restent le plus souvent entre eux et ne circulent que peu en dehors de leur "territoire de confort". Il y a tous les autres, jeunes ou pas, oisifs ou pas, indisciplinés ou pas, irresponsables ou pas, qui passent par ces communes et se font contaminer au passage et risquent de se transformer en "super-contaminateurs". Or, on sait que l'extension exponentielle de la pandémie est principalement le fait de tels "super-contaminateurs". Au nom de l'efficacité, il est donc légitime d'étendre l'application des mesures en question à l'ensemble de la Région.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs