Wirecard - La commission d'enquête parlementaire veut entendre Merkel et Scholz

L'affaire Wirecard a éclaté en juin, quand la société qui était membre du prestigieux indice boursier Dax des plus grandes entreprises allemandes a avoué que 1,9 milliard d'euros inscrits dans ses comptes, et prétendument hébergés dans deux banques philippines, n'existaient pas - entraînant une chute de plus de 98% du cours de Bourse. L'entreprise accusait par ailleurs des dettes de 3,5 milliards d'euros. Il s'agit du plus important cas de fraude de l'histoire allemande.

Son fondateur et ancien patron, l'Autrichien Markus Braun, et deux ex-directeurs sont en détention provisoire pour plusieurs chefs d'accusations, dont celui de fraude.

La faillite de Wirecard pose également de multiples questions sur le système de contrôle des institutions financières en Allemagne.

L'une des premières tâches de la commission composée de neuf parlementaires qui doivent mener l'enquête sur le scandale Wirecard a été d'établir une liste de témoins éventuels. Sur celle-ci figurent notamment la chancelière Angela Merkel et le ministre des Finances Olaf Scholz.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous