5G en Belgique - Proximus et Orange vont remplacer Huawei par Nokia, selon l'agence Reuters

Huawei est accusé par les États-Unis d'espionnage pour le compte du gouvernement chinois si bien que Washington a placé le géant technologique sur liste noire. L'entreprise a toujours réfuté ces accusations. Le mois dernier encore, elle avait affirmé que les décideurs politiques européens subissaient de fortes pressions de la part des États-Unis pour restreindre la participation de Huawei aux marchés européens des réseaux 5G.

Selon les sources citées par Reuters, les opérateurs télécoms belges seraient soumis à des pressions politiques pour renoncer à l'infrastructure de Huawei. Une telle décision aurait été prise conjointement par Orange et Proximus car les deux entreprises partagent leur réseau. Orange n'a cependant pas voulu commenter cette information auprès de Reuters tandis que Proximus n'était pas immédiatement disponible pour une réponse.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous