La France restreint les usages agricoles du glyphosate

L’agence sanitaire française, Anses, a annoncé vendredi des restrictions d’utilisation du glyphosate pour la viticulture, l’arboriculture ou les céréales, qui entreront en vigueur dans les six mois pour avancer vers la fin totale de l’herbicide controversé promise pour 2023.

« Cette limitation des conditions d’emploi et des doses par hectare contribuera à réduire dès 2021 les quantités de glyphosate utilisées en France », assure l’Anses, qui ne donne pas d’estimation de cette baisse.

Le glyphosate est le deuxième produit phytosanitaire le plus utilisé en France (derrière le soufre), avec 9.700 tonnes de la substance active vendues en 2018 (contre 8.800 en 2017).

En 2017, la France s’était fixé pour objectif de sortir de l’essentiel des usages du glyphosate en 2021, et d’une interdiction totale en 2023.

Un nouveau plan prévoit aussi de réduire de 50 % l’utilisation des pesticides de synthèse en général d’ici 2025. Mais les précédents plans ayant échoué, les défenseurs de l’environnement doutent des promesses du gouvernement, qui vient en outre de faire voter la réautorisation temporaire d’autres pesticides controversés, les néonicotinoïdes, pour sauver la filière betterave.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous