Accueil Culture Livres

Tanguy Habrand: «On se permet des choses au nom de la crise»

La filière du livre a-t-elle changé avec le confinement ? Pas vraiment, dit Tanguy Habrand. Mais les questions à caractère éthique vont devenir indispensables.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Tanguy Habrand est un observateur du monde de l’édition, de la filière du livre. Le directeur de la collection patrimoniale belge Espace Nord a d’ailleurs écrit une Histoire de l’édition en Belgique. Et il est enseignant – chercheur à l’ULiège. Normal, donc, qu’il ait été attentif à l’impact de la crise sanitaire et du confinement sur la chaîne du livre. Et son cours d’actualité du livre à l’université, donné à distance, est devenu la chronique en direct de ce qui se passait. Voilà la genèse de cette étude, Le livre au temps du confinement, qui est devenu un bouquin pertinent et passionnant.

Pendant le confinement, beaucoup se sont dit que c’était le moment de faire évoluer la chaîne du livre, de changer de paradigme. Mais que lui reprochait-on à cette chaîne ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Pierre Rabhi, le prophète de la terre, est décédé

Sandales aux pieds, pantalon de velours et bretelles, bouc bien taillé, Pierre Rabhi c’était « 52 kilos tout mouillé » mais un vrai charisme et des formules qui faisaient mouche pour appeler à une « insurrection des consciences ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs