Wibra - Discussions entre les curateurs de Wibra et la direction néerlandaise

La filiale belge, fortement déficitaire, avait entamé une procédure de réorganisation judiciaire en juillet. Les propriétaires néerlandais de l'enseigne voulaient redémarrer avec 36 des 81 magasins et 183 des 439 travailleurs. Le tribunal de l'entreprise de Termonde a cependant rejeté le plan de reprise jeudi car Wibra n'était pas prêt à payer le pécule de vacances et les primes de fin d'année du personnel repris, ce qui est contraire à la loi.

La filiale belge a donc déposé elle-même le bilan jeudi, ce qui signifie que la facture de la faillite pour toues les travailleurs reviendra au Fonds de fermeture d'entreprises (FFE). Les trois juges consulaires chargés de l'affaire Wibra jusqu'ici ont été nommés curateurs.

Ils rencontreront déjà ce vendredi après-midi la direction néerlandaise de la chaîne de magasins discount. Selon le curateur Jozef Dauwe, un accord peut être conclu rapidement. "Nous avons déjà interrogé des parties potentiellement intéressées le mois dernier dans le cadre de la procédure prévue par la loi sur la continuité des entreprises (la réorganisation judiciaire, ndlr)", explique-t-il. "Nous n'avons alors reçu qu'une seule offre concrète et acceptable sur le plan budgétaire." A savoir celle de la relance des activités par la direction néerlandaise.

Le curateur espère que les négociations aboutiront à des conditions au moins identiques à celles du redémarrage proposé - une reprise de 36 magasins et de 183 salariés.

Après avoir consulté la direction néerlandaise, les curateurs s'entretiendront également avec les syndicats. Ils espèrent une fumée blanche d'ici lundi au plus tard.

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous