Cyclisme: procédure disciplinaire pour harcèlement contre Marc Bracke

© Photo News
© Photo News

Saisie en début d’année «d’allégations de harcèlement rapportées par deux coureuses», la commission d’éthique de l’instance «est parvenue à la conclusion que des violations du code d’éthique de l’UCI avaient été commises», explique l’organisation.

«Compte tenu des sanctions recommandées», l’affaire a donc été transmise le 24 septembre à la commission disciplinaire, qui tranchera le sort du manager belge, ajoute l’UCI.

Si l’instance ne nomme pas les deux coureuses concernées, la Française Marion Sicot avait déposé plainte mi-mai pour harcèlement sexuel contre Marc Bracke, entraînant l’ouverture d’une enquête dirigée par le parquet de Montargis (centre de la France).

La cycliste de 28 ans est suspendue depuis qu’elle a été contrôlée positive à l’EPO le 27 juin 2019 aux Championnats de France. Après avoir clamé son innocence, elle avait reconnu, dans un reportage de l’émission télévisée Stade 2 diffusé le 8 mars, s’être injecté le produit trois jours avant la course dans l’espoir de faire une performance et regagner la confiance de son manager.

Elle affirmait aussi qu’elle avait été mise à l’écart parce qu’elle avait décidé, au printemps 2019, d’arrêter d’envoyer à Marc Bracke des photos d’elle en sous-vêtements, comme il le lui avait demandé plusieurs fois depuis octobre 2018, au prétexte de contrôler son poids et sa forme physique. Elle a versé à la procédure ses échanges avec son manageur sur la messagerie WhatsApp de 2016 à 2019.

Au lendemain de la diffusion du reportage, l’équipe belge avait réfuté toute intention sexuelle chez son directeur sportif, assurant qu’il avait cessé de réclamer ces envois de photos une fois qu’elle avait retrouvé un poids «acceptable».

Une version battue en brèche par le camp Sicot, qui a joint à la plainte des attestations de professionnels du cyclisme selon lesquels une telle méthode n’a aucun intérêt, parce que les images peuvent être retouchées et que les variations ne se voient pas à l’oeil nu.

Une deuxième accusation

Fin février, le quotidien français Le Monde avait évoqué une accusation similaire contre M. Bracke portée par l’Américaine Sara Youmans, expliquant qu’elle avait porté l’affaire en octobre 2019 «devant la commission d’éthique de l’UCI et la fédération belge de cyclisme».

L’instance du cyclisme a par ailleurs ouvert en avril dernier une autre procédure disciplinaire pour harcèlement contre le Belge Patrick Van Gansen, ancien manager de l’équipe Health Mate désormais liquidée, mis en cause publiquement par trois coureuses.

Cette enquête distincte a été menée «sur la base d’un nombre considérable de déclarations couvrant plusieurs années», expliquait à l’époque l’UCI, renvoyant au travail mené par l’agence d’investigation britannique Sport Resolutions.

L’instance cycliste a renforcé fin 2018 son code d’éthique par une annexe détaillant les «conduites prohibées» d’abus psychologique ou physique, de négligence, de harcèlement et d’abus sexuel, créant notamment une obligation de les dénoncer auprès d’UCI sous peine de sanction.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

  • Richard Carapaz (Ineos). @AFP

    Par Eric Clovio

    Route

    Vuelta: «La Roja» sur les épaules de Carapaz

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous