Le chimiste BASF s'enfonce dans le rouge au troisième trimestre

De juillet à septembre, l'entreprise a essuyé une perte nette de 2,1 milliards d'euros, après une perte de 878 millions d'euros au deuxième trimestre, a-t-elle annoncé dans un communiqué de résultats préliminaires. Le groupe fait également état d'une lourde perte d'exploitation (EBIT) de 2,6 milliards d'euros, et d'un chiffre d'affaires en baisse de 5% sur un an, à 13,8 milliards d'euros.

Cette contre-performance est "largement due à une baisse de la demande dans l'automobile et l'aviation", des secteurs très touchés par la crise liée à la pandémie de Covid-19, affirme BASF dans un communiqué. Ses divisions chimie et matériaux souffrent d'une "pression élevée persistante sur leurs marges", en raison d'une surcapacité de production au niveau international, ajoute le groupe.

Les résultats d'exploitation sont plombés par "des provisions" réalisées pour financer "des coûts de restructuration", ajoute le groupe. En septembre, le groupe a annoncé la suppression de 2.000 emplois dans sa division de support aux services commerciaux.

Pour le quatrième trimestre, BASF s'attend toutefois à "une amélioration" de la situation, grâce à une reprise de l'activité, dans le domaine automobile notamment. Le groupe prévoit un résultat annuel opérationnel "entre 3 et 3,3 milliards d'euros", et un chiffre d'affaires entre "57 et 58 milliards d'euros".

En février, avant la crise, BASF tablait sur un chiffre d'affaires entre 60 et 63 milliards d'euros. Le groupe prévient cependant que ces "prévisions sont basées sur l'hypothèse que les sévères restrictions de l'activité économique, comme un nouveau confinement, ne seront pas réintroduites".

BASF publiera ses résultats complets le 28 octobre prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous