Les syndicats déplorent que les chauffeurs privés cassent la grève chez De Lijn (2)

Pour élargir la capacité mais aussi soutenir les compagnies d'autocars privées, les autorités flamandes ont dégagé 12 millions d'euros pour permettre aux cars touristiques de rouler derrière les lignes de bus publics. "Et aujourd'hui, pendant la grève, ces cars continuent de rouler, sans qu'ils n'aient à suivre aucune ligne de bus", relève Rita Coeck.

Le syndicat s'est rendu à Gand pour prendre la mesure du phénomène. Ils y ont vu certains de ces cars rouler aux arrêts sans prendre aucun passager. "Ils circulent simplement pour gagner leur vie", selon Rita Coeck. D'autres bus ont par contre pris des passagers.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous