Angleterre-Belgique: «Il y aura beaucoup de changements», annonce Roberto Martinez

Angleterre-Belgique: «Il y aura beaucoup de changements», annonce Roberto Martinez
Photo News

Forte de son six sur six en septembre, la Belgique a l’occasion de reléguer l’Angleterre (4 points) à cinq longueurs à mi-parcours en Ligue des Nations. Néanmoins, Roberto Martinez ne pense pas que le match de dimanche à Wembley sera déjà décisif. « C’est un groupe serré. Le Danemark et l’Angleterre sont aussi capables de s’imposer à l’extérieur. Ce groupe se décidera en novembre », a expliqué Martinez en conférence de presse samedi.

Jeudi, la Belgique a partagé 1-1 en match de préparation contre la Côte d’Ivoire. Pour l’occasion, Martinez avait aligné une équipe expérimentale, remplie de jeunes et de joueurs peu ’capés’ en équipe nationale. « Il y aura beaucoup de changements dimanche », a confirmé Martinez. « Notre objectif est de faire jouer un maximum de joueurs au cours des trois matchs. Zinho Vanheusden, Sebastiaan Bornauw et Alexis Saelemaekers sont retournés chez les espoirs. Je n’ai pas encore décidé de l’équipe, nous venons d’arriver et devons encore nous entraîner. »

Belgique et Angleterre se retrouvent après un double affrontement au Mondial 2018, où la Belgique s’était imposée tant en phase de groupes (1-0) que dans le match pour la troisième place (2-0). « C’était deux bons matchs », se souvient Martinez. « Ces dernières années, ces deux équipes ont progressé ensemble. L’Angleterre a encore évolué depuis la Coupe du monde en Russie. Au niveau international, c’est un avantage quand tu gardes le même sélectionneur plusieurs années. Gareth Southgate est en train de faire passer l’Angleterre au niveau supérieur. Il a créé un bel environnement. »

Martinez, qui a rejoint Wigan comme joueur en 1995, a pu constater de près l’évolution du football anglais, notamment en ce qui concerne les jeunes. « Depuis 1995, il y a eu un vrai développement en Angleterre en ce qui concerne la ’winning mentality’», confirme Martinez. « Chez les jeunes, ils ont gagné la Coupe du monde (des moins de 20 ans en 2017, ndlr) et ont eu de gros résultats dans plusieurs tournois en club. Ces joueurs arrivent en équipe A. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne gagnent un trophée ou obtiennent un gros résultat dans un tournoi international. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous