Accueil

Un coup de canne pour protéger ses derniers biens

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Me Berbuto s’est battue – en vain – pour tenter de faire libérer deux de ses clients septuagénaires lorsque la pandémie a débuté. «  La question de la détention à ces âges fort avancés doit être étudiée d’urgence, car rien n’est prévu : quand mon petit client de bientôt 80 ans doit se présenter devant le tribunal d’application des peines de Marneffe, avec sa canne il lui faut 20 bonnes minutes pour y arriver parce qu’il y a dix marches, et 20 autres minutes pour en sortir, explique-t-elle. Au quotidien, ces personnes âgées doivent survivre dans une infrastructure qui n’est absolument pas faite pour eux et il ne faut pas croire que tous leurs codétenus sont bienveillants : j’ai dû accompagner ce client pour un disciplinaire parce qu’il avait donné un coup de canne à un jeune occupé à voler les quelques effets qui lui restaient dans son sac !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs