Coronavirus: les centrales d’urgence à Bruxelles et Anvers manquent de téléphonistes

DR
DR

En province d’Anvers, 35 personnes seulement sont employées comme preneurs d’appels, alors que cela devrait être 45 si le cadre était plein. Le déficit opérationnel à Bruxelles est encore plus important qu’à Anvers. Selon l’ACV, il s’agit d’un déficit de 40%.

«Les personnes qui appellent doivent, par conséquent, parfois attendre plusieurs minutes pour que leur appel d’urgence soit pris en charge», explique John Pollet. «De plus, en raison du manque de personnel, la charge de travail des téléphonistes est extrêmement élevée, ce qui fait que de plus en plus d’employés sont sur le flanc pour cause de maladie».

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous