Une association pour défendre les intérêts des résidents secondaires

Une association pour défendre les intérêts des résidents secondaires
D.R.

Le lockdown, décrété le 16 mars dernier, Marie-Anne Coninsx l’a mal vécu. Et pour cause. Cette jeune retraitée est restée confinée plusieurs mois en Allemagne où elle possède une maison avec son époux. Ce qu’elle aurait souhaité ? Passer ces longues semaines de farniente dans leur résidence secondaire de Coxyde fraîchement retapée de fond en comble. Seulement voilà, les règles anti-Covid-19 l’interdisaient formellement. « J’ai pris le premier avion possible pour la Belgique le 4 juin », se souvient-elle aujourd’hui. « J’ai vécu cette restriction imposée à tous les possesseurs d’une résidence secondaire comme une injustice. On nous traitait comme des ennemis qui pouvaient infecter tout le monde… »

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous