Accueil Société

Coronavirus: un deuxième confinement, l’option du pire

La situation sanitaire est passée de préoccupante à alarmante en Belgique. De nouvelles mesures sont encore à prévoir. Le confinement, lui, n’est plus exclu, si les indicateurs restent au rouge foncé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Avec ma copine, on a pris les paris sur la date du reconfinement. Elle dit que les enfants ne rentreront pas à l’école après la Toussaint. » Une conversation de bureau version 2020. Un peu cynique, mais de plus en plus plausible au regard des mauvais chiffres du coronavirus en Belgique. On l’écrit depuis plusieurs semaines, quitte à le répéter : de préoccupante, la situation sanitaire est devenue alarmante. Plus de 4.000 infections quotidiennes ont été recensées en moyenne la semaine passée, avec un pic au-delà des 6.000 cas détectés mercredi dernier.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Schmetz Viviane, mardi 13 octobre 2020, 11:27

    Les JEUNES faites-le pour VOUS. C'est VOUS qui n'aurez pas votre diplôme, c'est VOUS qui n'aurez pas d'emploi, et c'est VOUS qui n'aurez même pas d'allocations de chômage ou si peu parce que le pays se sera tellement endetté, à coup de milliards, pour lutter contre ce coronavirus et ses effets, que votre génération passera sa vie à rembourser... pour quelques mois de privations marrantes pour personne.

  • Posté par Stassen Jean-Luc, mardi 13 octobre 2020, 9:19

    Au lieu de parler de confinement, de situation alarmante, de catastrophe à venir, si on parlait du financement des hôpitaux ? En effet, plutôt de confiner il vaudrait mieux allouer cet argent à engager des soignants et à augmenter la capacité d'accueil des hôpitaux. En Chine ils ont été capables de construire un hôpital en 7 jours.... Il ne faut pas faire croire au gens qu'un confinement va arrêter le virus, il va juste le ralentir. Pensez aussi à comptabiliser les gens qui entrent à l'hôpital, mais aussi et surtout à soustraire ceux qui en sortent.

  • Posté par Crl roberto, mardi 13 octobre 2020, 6:05

    On rentre tout doucement en périodes hivernale, avec son lots de grippe, bronchite ect.. de quoi affolé les masses

  • Posté par ... Jacques, mardi 13 octobre 2020, 0:16

    Et si on laissait à chacun le choix de décider de sa vie .. et de sa mort. Que les plus craintifs, les plus fragiles restent chez eux s'ils le jugent bon et que les plus "intrépides" sortent. Nous ne sommes pas des enfants et chacun est libre de décider de sa vie. Ne nous arrêtons pas de vivre car nous avons peur de la mort. 99,95% des patients Covid sont guéris, ne l'oublions pas. Paralyser un pays, une économie déjà mal en point pour cela est fou. Je suis certaine que notre gouvernement sera plein de bon sens d'autant plus que les leçons ont été tirées du premier confinement et des erreurs qui auraient pu être commises.

  • Posté par Wasteels José, mardi 13 octobre 2020, 11:22

    Je suis du même avis que Gabriel Jacqueline. Les plus âgés ne doivent pas être écartés pour que les plus jeunes puissent faire la fête. Bien d'autres malades sont mis de côté pour libérer les salles pour le covid. La santé de chacun prime sur tout le reste. Que les actionnaires patientes pour éviter les faillites.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs