Couvre-feu: après le Brabant wallon et le Luxembourg, à quoi s’attendre dans les 3 autres provinces wallonnes?

Le gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz, a pris la décision, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, d’interdire les déplacements non-essentiels entre 1h et 6h sur l’ensemble du territoire provincial, à partir de ce mercredi 14 octobre 2020, et pour une durée de quinze jours renouvelables, a-t-il annoncé lundi soir. Il sera interdit de se trouver ou de se déplacer sur la voie publique entre 1h et 6h, sauf pour raisons médicales, professionnelles ainsi que pour porter assistance à un proche.

La décision a été prise en concertation avec la ministre de l’Intérieur, le commissaire fédéral en charge de la crise du coronavirus, le gouvernement wallon et les bourgmestres de la province. « Les rapports reçus ce matin ont malheureusement confirmé la tendance à l’aggravation des indicateurs épidémiologiques », indique lundi soir le gouverneur de la province de Luxembourg par voie de communiqué. « Le taux d’incidence pour notre province est aujourd’hui de 461 cas par 100.000 habitants (36 communes sur 44 dépassent le taux d’incidence de 250). La province de Luxembourg a également le taux de reproduction le plus important de Belgique (1,912). Le nombre de cas confirmés a connu entre la semaine du 25/09-01/10 et la semaine du 02/10-08/10 une augmentation de 172 %. » Le nombre de personnes infectées double actuellement tous les cinq jours.

Une décision d’abord prise en Brabant wallon

À partir du 13 octobre à minuit, de nouvelles mesures seront également imposées en Brabant wallon suite au rebond marqué de la pandémie. Une décision tombée peu avant celle concernant le couvre-feu en province du Luxembourg.

Quid des autres provinces wallonnes ?

Les trois autres provinces wallonnes n’ont pas, pour l’heure, franchi le pas. « Suite à la réunion de concertation ce jour entre les cinq gouverneurs wallons, prolongée par une concertation avec le Centre national de crise, il est ressorti qu’il n’y avait pas une demande du niveau fédéral quant à la prise d’une décision de confinement nocturne applicable de manière uniforme sur le territoire wallon », indique dans un communiqué le gouverneur de Namur.

À Namur, une conférence des 38 bourgmestres de la province doit se tenir par vidéoconférence mercredi. Le gouverneur Denis Mathen prendra par ailleurs des contacts spécifiques avec certains bourgmestres concernés par l’enseignement universitaire.

Les rassemblements festifs posent problème

Les rassemblements nocturnes, en particulier dans un cadre festif, ont été identifiés comme des foyers très importants de propagation du virus, poursuit le communiqué.

« Toutes les personnes qui se rassemblent, parfois en grand nombre, sans aucun geste barrière, participent à la propagation d’un virus qui menace sérieusement la santé des citoyens et de notre société tout entière », conclut aussi Olivier Schmitz.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous