Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: un centre-ville moins aisé, vecteur de propagation du virus

Une nouvelle étude de l’institut bruxellois de statistique pointe les fragilités de la capitale face au Covid. Historiquement, le cœur de Bruxelles a toujours été populaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Après l’étude de l’UCLouvain, l’Institut bruxellois de statistique et d’analyse (Ibsa) fait le lien entre la nature même de Bruxelles et la surmortalité qui l’a frappée pendant neuf semaines lors de la première vague du coronavirus au printemps.

Intitulé « Pourquoi le Covid-19 a frappé durement la Région de Bruxelles-Capitale ? », ce focus, publié ce mardi, met en évidence la géographie de la capitale. « Les parties avec les proportions de personnes avec les revenus les plus faibles se trouvent dans le centre-ville tandis que les banlieues sont plus riches », souligne Xavier Dehaibe, responsable de la cellule « territoire et population » au sein de l’Ibsa. « Ce qui n’est pas le cas à Paris, par exemple, où le centre est plus riche. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Harry Dorchy, mercredi 14 octobre 2020, 9:12

    IL NE FAUT PAS MINIMISER LES COMPORTEMENTS INDIVIDUELS À RISQUE : 1) sous prétexte de défendre ma liberté, je mets en danger les autres, peut-être même jusqu’à la mort des (grands-)parents, comme c’est le cas pour de trop nombreux étudiants non défavorisés qui veulent « faire la fête » à tout prix sans respecter les gestes barrières; 2) je nargue les porteurs de masques et je provoque ceux qui respectent les consignes. C’est le cas, entre autres, dans les transports en commun et dans certaines rues où le port du masque est obligatoire. Si les consignes ne sont pas respectées, il n’y a que la punition financière sévère et la peur du policier qui peuvent empêcher le confinement pour tous. Comme pour le respect du code de la route.

  • Posté par Harry Dorchy, mercredi 14 octobre 2020, 9:11

    IL NE FAUT PAS MINIMISER LES COMPORTEMENTS INDIVIDUELS À RISQUE : 1) sous prétexte de défendre ma liberté, je mets en danger les autres, peut-être même jusqu’à la mort des (grands-)parents, comme c’est le cas pour de trop nombreux étudiants non défavorisés qui veulent « faire la fête » à tout prix sans respecter les gestes barrières; 2) je nargue les porteurs de masques et je provoque ceux qui respectent les consignes. C’est le cas, entre autres, dans les transports en commun et dans certaines rues où le port du masque est obligatoire. Si les consignes ne sont pas respectées, il n’y a que la punition financière sévère et la peur du policier qui peuvent empêcher le confinement pour tous. Comme pour le respect du code de la route.

  • Posté par Raurif Michel, mardi 13 octobre 2020, 15:42

    Il est vrai que l'Einsteinien qui a pondu cet article dit la Vérité, toute la Vérité et rien que toute la Vérité !! Car, si vous êtes seul dans un désert vous ne risquez absolument pas d'attraper le Covid !!! Au plus de monde présent, au plus grand est le risque de contacter le virus ! Sherlock Holmes aurait répondu " élémentaire mon cher Watson ! " Monsieur Pellegrini votre commentaire est une montagne de Vérité !!!

  • Posté par Morico Giorgio, mardi 13 octobre 2020, 14:35

    on le voit sur la photo. on ne porte pas le masque comme en Suède....! Ensuite, ils veulent transférer les patients dans les autres régions. Des hôpitaux de Charleroi ont déjà refusé d'en prendre... Il faut assumer ses choix !

  • Posté par Pellegrini Marie-Jo, mardi 13 octobre 2020, 14:23

    Le fait d'avoir remplace "defavorise" par "moins aise" dans le titre ne change en rien mon commentaire.

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs