Coronavirus: l’édition 2021 de Batibouw maintenue

Coronavirus: l’édition 2021 de Batibouw maintenue
Pierre-Yves Thienpont

La prochaine édition du salon de la construction et rénovation Batibouw, prévue du 27 février au 7 mars 2021, est maintenue, a-t-on appris mardi auprès de Frédéric François, CEO de la société organisatrice FISA. Lundi, les organisateurs du Salon de l’auto ont annoncé que l’évènement, prévu en janvier prochain, n’aura finalement pas lieu en 2021.

«C’est dommage que le salon de l’auto ait été annulé mais il s’agit d’une décision commerciale en raison du renoncement d’exposants», explique Frédéric François. «Il était tout à fait possible d’organiser un salon dans des conditions sûres, avec un protocole approuvé par les autorités.» L’organisateur de foires et salons assure qu’il est tout à fait possible d’assurer la sécurité des visiteurs et des exposants.

Le prochain salon Batibouw est donc maintenu mais ce sera à tout le moins une édition plus petite que d’habitude. A l’heure actuelle, 20.000 mètres carrés de stands sont réservés par des exposants et un petit 10.000 mètres carrés sont sous option. «Si nous arrivons à environ 25.000 mètres carrés, cela ferait près de la moitié de la superficie de la dernière édition. Avec un petit 500 exposants, l’offre restera intéressante.»

Sur le même sujet
Frédéric François
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite