«L’activité hospitalière non-covid va devoir diminuer», alerte le directeur des Cliniques de Saint-Luc

«L’activité hospitalière non-covid va devoir diminuer», alerte le directeur des Cliniques de Saint-Luc
Photo News

Renaud Mazy était l’invité de la matinale de la Première ce mercredi. Il s’est montré alarmant sur la situation hospitalière, alors que les hôpitaux passent en phase 1A. Pour l’administrateur délégué des Cliniques universitaires de Saint-Luc à Bruxelles, il n’y a « aucun doute » que l’activité hospitalière non covid va diminuer.

« J’espère vraiment qu’on ne va pas arriver à la même situation qu’au printemps, parce que toute une série de pathologies n’ont pas pu être prises en charge. Pour le moment on doit commencer à diminuer les activités non urgentes, on se prépare pour la semaine prochaine. »

Les visites vont également être limitées, comme l’explique Renaud Mazy : « La prévalence du virus est telle dans la population qu’on doit restreindre les visites dans les hôpitaux. Elles ne seront possibles qu’après plusieurs jours d hospitalisations et avec une limitation dans le temps. »

Renaud Mazy s’inquiète également pour les équipes médicales qui sont « fatiguées. » « On ne voit pas le bout du tunnel aujourd’hui, on doit prendre soin des équipes. Il y a un effet traumatique post-première vague. »

Il a également reconnu qu’une infirmière, positive au coronavirus mais sans symptôme, était venue travailler face au manque d’effectifs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous