Accueil Société

Yves Van Laethem parle officiellement de deuxième vague: les soins intensifs pourraient être saturés «mi-novembre»

« Je pense que cette fois, il est difficile de ne pas employer le terme de deuxième vague ». Yves Van Laethem a fait le point sur la situation en Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Le Centre de crise a fait le point sur les chiffres du jour, qui ne sont pas réjouissants. Au cours des 7 derniers jours, 5.057 personnes ont été diagnostiquées en moyenne par jour. Le nombre d’infections double tous les 7 jours.

« Nous avons dépassé le cap des 7.000 nouveaux cas, ce qui nous place en deuxième au niveau européen pour les contaminations. Elles se produisent dans toutes les tranches d’âge, dont un quart vient des gens dans la vingtaine », a expliqué Yves Van Laethem.

La répartition au niveau du pays montre des nuances de rouge et de rouge foncé. L’augmentation est la plus forte dans la province de Liège et du Hainaut. En chiffres absolus, c’est à Bruxelles qu’il y a le plus de nouveaux cas. 20 % des tests à Bruxelles sont positifs, un chiffre jamais atteint auparavant.

« Les cas dans les hôpitaux augmentent fortement, une accélération constante et maintenue, commente l’expert. Nous avons franchi le cap des 200 admissions par jour plusieurs fois ».

Au cours des derniers jours, on a une moyenne de 152 admissions à l’hôpital. Plus de la moitié des admissions ont lieu à Bruxelles, Liège et dans le Hainaut. Actuellement, 1.621 patients sont hospitalisés pour cause de Covid. Le nombre de patients en réanimation double tous les 12 jours. Les soins intensifs pourraient être saturés « mi-novembre » si l’augmentation continue, a annoncé le virologue. « Il faut absolument éviter ce scénario ».

Les décès augmentent aussi, avec 18 décès en moyenne par jour.

« Je pense que cette fois, il est difficile de ne pas employer le terme de deuxième vague, annonce Yves Van Laethem. Elle a lieu dans une grande partie de l’Europe. On doit le prendre au sérieux, ce n’est pas pour ça qu’il faut paniquer car nous connaissons mieux le virus. Des mesures plus strictes peuvent nous aider à modifier la courbe. Mais édicter des mesures n’est pas suffisant, il faut les appliquer. On sait que beaucoup d’infections ont lieu dans la sphère privée ».

À lire aussi Coronavirus: les maisons de repos sous haute surveillance

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

59 Commentaires

  • Posté par RC Peeters, mercredi 14 octobre 2020, 17:32

    La mortalité en Europe est et reste stable voici le graph : https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps#z-scores-by-country

  • Posté par P AR, mercredi 14 octobre 2020, 17:38

    En effet mais en cas d'hystérie collective les faits ne comptent plus ou peu. Ceux qui ont annoncé 100 mille morts en Belgique vont ils reconnaitre leur erreur et ce qui en a découlé?.Il semble qu'il y a une grande fuite en avant.

  • Posté par Baumann Eric, mercredi 14 octobre 2020, 15:11

    Et vous comptez l'éradiquer comment le Covid-19, de même d'ailleurs que tous ses petits cousins de la famille des coronavirus ? AUCUN n'a disparu définitivement, tout au plus un vaccin efficace à 50%. Bonne fin d'existence à toutes et tous .... greffe de masque à la naissance et 1,50 mètres avec les autres à vie et le gel hydro-alcoolique coté en bourse.

  • Posté par P AR, mercredi 14 octobre 2020, 17:33

    Nous sommes en pleine zombification de la société. Jusqu'à présent au moins 99.9 pourcents des habitants de cette terre ont résisté au coronavirus. Pourquoi tant de panique? Il est vrai que nous occidentaux avons une vie tranquille depuis des dizaines d'années. Ce virus a fait perdre tout bon sens à beaucoup. Ce n'est pas la peste noire qui a tué un tiers de la population mondiale. Les épisodes sévères de grippe des années 50 et 60 ont été plus meurtriers mais à l'époque pas de flots continus d'informations ni de Facebook et autres caisses de résonance.

  • Posté par P AR, mercredi 14 octobre 2020, 14:49

    @ Bauduin Dominique Même situation en France et en Allemagne. Deuxième vague de cas mais mortalité sans rapport. Certains devraient comprendre que le risque zéro n'existe pas. La troisième vague sera celle des troubles mentaux.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une