Licenciements chez Lagardère: le Setca demande une conciliation

Mercredi, le syndicat chrétien ACV Puls a annoncé les intentions du groupe qui exploite une trentaine de boutiques "duty free" en Belgique, après l'échec des négociations sociales. Ces licenciements sont la conséquence de la crise du coronavirus et de la baisse du nombre de clients dans les aéroports.

Au départ, début juin, la direction avait fait part de son intention de supprimer 180 emplois sur les 500 du groupe en Belgique.

Dans le cadre de la procédure Renault, le Setca indique avoir eu différentes réunions pour éviter au maximum les licenciements secs mais ajoute que la direction "n'a pas l'intention de faire la moindre concession" et qu'elle a "menti" sur différents points.

Le syndicat socialiste dit constater que de nombreux travailleurs avec beaucoup d'ancienneté sont concernés par les licenciements, contrairement à ce qu'il attendait. "Cela confirme notre idée que l'entreprise aurait pu financer un plan digne de ce nom avec des solutions auxquelles d'autres entreprises recourent avec succès, comme le RCC, les primes au départ volontaire, l'abaissement des salaires les plus élevés", ajoute-t-il. "Toute une série de propositions crédibles que le Setca a faites, mais qui ont été rejetées."

Le syndicat a demandé une réunion urgente auprès du SPF Emploi et Travail pour exposer ses griefs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous