La discrimination à la location pour les Belgo-Marocains a presque doublé

La discrimination à la location pour les Belgo-Marocains a presque doublé
Photo News

La discrimination à la location pour les Belgo-Marocains a presque doublé depuis le confinement, font remarquer Pieter-Paul Verhaeghe et Abel Ghekiere, deux professeurs du département de sociologie de la Vrije Universiteit Brussel, au terme de leur étude sur la discrimination ethnique sur le marché du logement locatif.

Les chercheurs ont effectué une première série de 482 tests pratiques entre octobre 2019 et mars 2020, période précédant l’épidémie de coronavirus. Ils ont réagi aux annonces d’Immoweb avec à chaque fois deux candidats locataires fictifs: une personne test avec un nom à consonance marocaine ou congolaise et une autre personne avec un nom à consonance belge. Les deux candidats avaient, pour le reste, des caractéristiques identiques.

Les premiers tests ont montré que les Belgo-Marocains étaient discriminés par les agents immobiliers dans 20% des cas et les Belgo-Congolais dans 17% des cas.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous