Covid: le personnel de la prison de Saint-Gilles en grève à partir de jeudi 22h00

Covid: le personnel de la prison de Saint-Gilles en grève à partir de jeudi 22h00
Bruno D’Alimonte

Le personnel de la prison de Saint-Gilles entamera une grève de 24 heures jeudi à 22h00 pour dénoncer le manque de personnel et la mauvaise gestion des cas de Covid au sein de l’établissement bruxellois, a fait savoir la CGSP. La CSC prend également part au mouvement.

La grève ne touche que la prison de Saint-Gilles et n’est pas liée aux dernières actions menées par les deux syndicats ces dernières semaines, qui visaient, elles, à dénoncer l’assouplissement des conditions de visites aux détenus.

Le problème des effectifs à Saint-Gilles est récurrent. Il manque 10 % d’agents pour atteindre le cadre prévu. À cela s’ajoute la mauvaise gestion des cas de coronavirus, explique le secrétaire fédéral CGSP, Grégory Wallez. Les agents sont partis en grève dans la foulée d’une réunion du personnel jeudi après-midi. « Après ce mouvement émotionnel, nous prolongerons la grève de 24 heures, jusqu’à vendredi 22h00 », a-t-il ajouté.

« Nous aimerions que la prison fonctionne normalement mais, compte tenu de cette pandémie, du manque de personnel, de la population de notre prison -qui est de plus de 850 détenus –, nous aimerions une proposition pour travailler différemment en attendant que le cadre du personnel soit complètement rempli », avance le syndicat.

Près de la moitié des agents absents

Selon l’administration, après deux cas positifs, l’aile des détenus travailleurs, comprenant entre autres la cuisine et l’atelier, a été mise en quarantaine. Les 150 détenus de cette aile ont été testés et trois autres cas positifs ont été mis au jour. La quarantaine a entre-temps été levée mais, compte tenu des grèves et du manque de personnel, tous les détenus de la prison restent 24h/24 en cellule, sans visite ni promenade, commente Kathleen Van De Vijver, porte-parole de l’administration.

Près de la moitié des 368 agents travaillant à Saint-Gilles sont absents pour maladie ou en quarantaine. « Depuis mi-août, nous constatons que les prisonniers en détention préventive sont plus fréquemment testés positifs », ajoute Mme Van De Vijver.

D’après la CSC, il manque au moins 464 agents pénitentiaires dans les prisons belges. À l’inverse, le nombre de détenus excède largement la capacité d’accueil des établissements, avec un total de 10.498 prisonniers alors que le cadre ne prévoit pas de dépasser la barre des 10.000 individus, « ce qui correspond déjà à une surpopulation de 10 % », explique Claudine Coupienne, secrétaire permanente CSC Services publics.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous