Julian Alaphilippe irisé, motivé et bien entouré pour son premier Tour des Flandres: «Je suis impatient»

@News
@News

C’est avec son maillot arc-en-ciel de champion du monde que Julian Alaphilippe va découvrir dimanche les très sélectives routes du Tour des Flandres. Décontracté, comme à son habitude, le Français a préfacé une course qu’il est impatient de disputer. « J’ai vraiment à cœur de donner le maximum et hâte de voir ce que cela va donner », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de son équipe Deceuninck-Quick Step vendredi.

Véritable puncheur, le Français a davantage le profil pour briller sur les classiques ardennaises, comme en témoignent ses deux succès à la Flèche Wallonne. Il a profité d’une saison 2020 chamboulée pour faire ses débuts au Tour des Flandres où il arrive « vraiment motivé et impatient ».

« Pour gagner, il faut être très fort physiquement et mentalement. Physiquement, je ne suis pas un réel coureur « flandrien ». Mais j’adore les courses très dures et nous avons une très bonne équipe. Pour moi, c’est la bonne année pour découvrir cette course, normalement placée avant les classiques ardennaises », a expliqué le Français de 28 ans.

C’est sans pression que le champion du monde va se présenter au départ. « Je n’ai aucune expérience sur les classiques flandriennes. Je prends ça comme un défi. Je m’attends à une course difficile. Mais j’ai envie de me faire plaisir. L’ambition sera de forger le meilleur résultat possible, j’espère que le maillot arc-en-ciel sera à l’avant. »

Autour de lui, ‘Loulou’ aura une équipe solide et rodée à l’exercice. « Le groupe est motivé, on a envie de faire une belle course. On espère une victoire et ça peut être n’importe qui dans l’équipe », a ajouté Alaphilippe, accompagné des Belges Yves Lampaert, Tim Declercq et Dries Devenyns, de son compatriote Florian Sénéchal, 2e de Gand-Wevelgem, du Danois Kasper Asgreen, 2e en 2019 pour ses débuts, et de l’expérimenté Zdenek Stybar.

Avec l’annulation de Paris-Roubaix, ce ‘Ronde’ constitue le dernier Monument de la saison. « Je sais ce que cette course représente pour tout le monde », a dit Alaphilippe. « À côté de ça, je suis assez relax. Nous avons confiance. Il faudra donner le maximum et ne pas avoir de regrets. C’est presque une course comme les autres. Nous sommes motivés de la même manière. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

  • Richard Carapaz (Ineos). @AFP

    Par Eric Clovio

    Route

    Vuelta: «La Roja» sur les épaules de Carapaz

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous