Coronavirus - L'Italie mobilise 39 milliards d'euros supplémentaires

Cette loi de finances sera financée par du déficit supplémentaire et par 18 milliards d'euros de plan européen de relance adopté en juillet à Bruxelles.

Le ministre de l'Economie Roberto Gualtieri a estimé qu'il n'y avait "jamais eu une loi de finances aussi expansionniste dans l'histoire du pays", rappelant que les investissements passeront de 2,3% du PIB en 2019 à 4% en 2021.

Le conseil des ministres a également adopté la "synthèse de la loi de finances" qui sera envoyée à la Commission européenne.

Des tensions sont apparues entre les membres de la majorité, composée du Parti démocrate (centre-gauche) et du Mouvement 5 Etoiles (anti-système), sur les nouvelles taxes imposées sur le sucre et le plastique, qui ont finalement été renvoyées à juillet 2021.

Parmi les principales mesures adoptées figurent notamment 1,4 milliard d'euros pour la prolongation des CDD de 30.000 médecins et infirmiers, 400 millions pour l'achat de vaccins, et 1,2 milliard pour embaucher 25.000 enseignants.

Au total 4 milliards d'euros sont destinés au secteur de la santé. "C'est la direction à suivre. Nous tournons définitivement la page des coupes budgétaires et nous recommençons à investir sur la chose plus précieuse que nous ayons", a salué le ministre de la Santé Roberto Speranza.

La suspension du paiement de certains impôts et taxes a également été décidée.

Le blocage des licenciements ne sera pas prolongé au-delà du 1er janvier, mais l'interdiction de licencier restera en vigueur pour les entreprises bénéficiant du chômage technique, qui court jusqu'en mars.

L'Italie, premier pays touché par l'épidémie de coronavirus en Europe en février, table sur une hausse de son déficit public à 10,8% du PIB en 2020 ramené à 7% en 2021.

La péninsule, où la pandémie a fait près de 36.000 morts, prévoit grâce à un vaste programme de relance européen une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 6% en 2021.

Avec 208,6 milliards d'euros de subventions et prêts, la péninsule est le principal bénéficiaire d'un plan de relance européen de 750 milliards d'euros adopté en juillet par les dirigeants de l'UE pour faire face à la pandémie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous