Accueil Belgique Politique

Grosses tensions politiques dans la lutte anti-covid: les coulisses des dernières décisions

Le comité de concertation vendredi a été le théâtre de vifs échanges à propos de l’Horeca. Tout cela s’est prolongé dimanche publiquement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

On se déchire (déjà) dans la Vivaldi après un comité de concertation chaud bouillant vendredi ? N’exagérons pas. Disons que, dans l’hyper-crise covid qui frappe le pays, l’exécutif à peine advenu est, de fait, traversé de tensions, qui ont trait surtout au sort du secteur Horeca dans les politiques mises en œuvre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

50 Commentaires

  • Posté par Delvaux Alain, lundi 19 octobre 2020, 18:04

    Marius Gilbert l'a dit et je pense qu'il a raison. la fermeture de l'HORECA n'a rien d'une décision basée sur des preuves scientifiques. Il a fallu faire un choix pour diminuer le nombre de contacts : pas les écoles pour une question de retard scolaire et pénalisant pour les plus défavorisés, pas les entreprises pour des raisons évidentes, plus le secteur culturel, Bref c'est tombé sur l'HORECA presque par défaut. Par contre je m'interroge de la non-fermeture des stades de foot, des centres commerciales. Questions de lobbies sans doute. Une question importante : pourquoi avoir tardé autant pour rendre le télétravail obligatoire ??? Incompétence, ...

  • Posté par ANCION Martine, lundi 19 octobre 2020, 11:06

    Mr Adam Jean-Victor@ : David Clarinval habite à Bièvre, dans l'extrême sud de la province de Namur. La sortie médiatique de Mrs Clarinval et Ducarme est déloyale par rapport aux décisions du gouvernement. Nous ne doutions pas que les discussions et négociations aient été tendues et difficiles, chacun défendant son "ministère". Celles-ci n'avaient pas à paraître sur la voie publique au moment où l'adhésion des citoyens aux mesures prises est difficile à maintenir et à renforcer plus que jamais.

  • Posté par Heneffe Jean-marie , lundi 19 octobre 2020, 9:58

    « Il faut penser aux gens qui promènent leur chien après 23 heures, il faut leur laisser un peu de temps… ». A quoi tiennent les décisions ! N’aurait-il pas été plus sage de suivre la proposition de Di Rupo ? A quoi ressemble encore ce couvre-feu ? A l’instar de la France, il suffisait de prévoir la balade hygiénique de Mirza dans les exceptions. (Espérons d’ailleurs qu’elle n’aura pas la diarrhée entre 0h et 5h).

  • Posté par Andre Georges-marc, lundi 19 octobre 2020, 9:29

    Bravo, M. Clarinval. Vous avez raison, il fallait et il faut encore défendre les indépendants, y compris le secteur HORECA martyrisé. On est en droit de s'étonner de voir apparaître dans les commentaires à cet article, pas toujours judicieux, la "centrale nationale des employés". Mais est-ce-bien elle? Elle viendrait dire que "le principe de précaution doit s'imposer". C'est une évidence, mais cela est plus facile à appliquer quand on s'adresse à des employés, il suffit, comme le fait le gouvernement, de leur recommander de télétravailler, rien de plus, pas d'obligations ni de sanctions. Par contre, regarder tous les efforts que le secteur HORECA a consenti depuis la fin du confinement : réduction drastique des tables pour faire respecter les distances, paravents là où c'est nécessaire, gels hydroalcooliques partout, cartes et menus modifiés pour répondre aux normes, personnel masqué en permanence y compris en cuisine, formulaires de traçage, etc, etc. Bref des efforts énormes qui se traduisent par de lourdes pertes de recettes et en fin de compte aboutissent à la fermeture pure et simple et à l'effondrement d'un des piliers de la culture belge, sa convivialité. La peur qu'occasionne ce virus générera plus de dégâts que le virus lui-même.

  • Posté par Jules Vandeweyer, lundi 19 octobre 2020, 8:51

    Qui attendait de la solidarité du MR? Ils viennent de faire exactement la même chose que la NVA (BDW a critiqué la fermeture des restaurants alors que Jambon a participé à la décision). A une différence près tout de même: la NVA est dans l'opposition au fédéral, le MR dans la majorité. Quelqu'un a un jour déclaré: "se soumettre ou se démettre", c'est l'usage. Mais, depuis GLB (et le clan Michel dont Clarinval fait partie), les usages, les convenances et les règles "on s'en tamponne".

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs