Accueil Belgique Politique

Commission d’enquête sur les attentats: pourquoi le MR freine

Pour le chef de groupe Denis Ducarme, la proposition sur la table est « mal torchée » et des demandes libérales ne s’y retrouvent pas. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, souligne-t-il. Nouvelle réunion vendredi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Le contraire eut été étonnant : mercredi matin, la conférence des présidents de la Chambre n’a pas réussi à dégager un consensus sur les contours du mandat à confier à une future commission parlementaire d’enquête consacrée aux attentats du 22 mars dernier. L’instance qui rassemble la présidence de l’assemblée et les chefs de groupe doit se réunir à nouveau vendredi après-midi.

L’objectif reste d’accoucher d’une proposition consensuelle qui serait prise en considération le mardi 12 avril et votée en plénière le jeudi 14. Il resterait alors aux députés à désigner les dix-sept élus qui siégeront dans cette commission d’enquête.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Fernand Stenuit, jeudi 31 mars 2016, 2:59

    En effet , il vaut mieux envisager de futures orientations de mesures face aux problèmes de l'islamisme plutot que de discuter sur les responsabilités des gouvernements et administrations, qui sont déja plus ou moins connues .Cela ne ferait que noyer le poisson, sans corriger ce qui (n'a pas) été fait.Surtout qu'il y a déja une enquète en cours.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs