Polémique lors du match entre le Standard et Bruges: pour le département arbitrage, la décision de Nicolas Laforge était la bonne

photo news
photo news

Le département arbitrage de l’Union belge a communiqué lundi, soutenant l’arbitre louviérois sur la faute de main sanctionnée de Mats Rits. « Il touche le ballon d’abord avec son corps et du bras ensuite », explique-t-il. « Les deux bras de Rits ne se situent pas le long du corps et agrandissent la surface de celui-ci de façon non naturelle. L’arbitre accorde immédiatement le penalty. C’est ensuite que l’arbitre est en communication avec l’assistant-arbitre et qu’il demande à visionner les images du VAR. Après avoir regardé les images, l’arbitre décide de confirmer sa décision prise antérieurement, à savoir d’accorder un penalty. Le Professional Refereeing Department ne s’attend pas à une intervention du VAR, vu que la décision prise par l’arbitre ne peut pas être considérée comme étant une faute grave. Le VAR aurait dû informer l’arbitre que sa décision n’était « pas clairement fautive » et qu’il n’aurait donc pas dû regarder les images. Le Professional Refereeing Department appuie la décision de l’arbitre d’accorder un penalty », selon la Loi 12 des Lois du Jeu. « Si le bras agrandit le corps de façon non naturelle et/ou se situe au-dessus des épaules, il s’agit d’une faute et l’arbitre accordera un coup franc / penalty. Si le bras n’agrandit pas le corps de façon non naturelle et/ou ne se situe pas au-dessus des épaules, il ne s’agit pas d’une faute et le jeu se poursuivra. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous