Coronavirus: le couvre-feu est entré en vigueur à minuit, ce qu’il faut savoir

Louvain-la-Neuve, Brabant wallon
Louvain-la-Neuve, Brabant wallon - Pierre-Yves Thienpont

Dès minuit, et pour un mois, le Comité de concertation a décidé d’imposer une « interdiction de se trouver sur la voie publique entre 24 h et 5 h, sauf pour les déplacements essentiels et non reportables, tels que les déplacements pour des raisons médicales urgentes, des déplacements professionnels et le trajet entre le domicile et le lieu de travail ».

Dérogations

On peut donc toujours se trouver en rue, entre 24 h et 5 h, pour revenir chez soi ou aller au travail. Que ce soit en voiture, via les transports en commun, ou pour aller ou revenir d’un aéroport. Par exemple quand on prend le train à 22 h 03 à Bruxelles-Midi et que l’on arrive à la gare de Liège Guillemins à 0 h 39. Des camionneurs en transit dans notre pays pourront, dans le même ordre d’idées, poursuivre leur chemin sur les autoroutes. Des déplacements sont enfin autorisés pour des situations urgentes, vers un hôpital.

Contrôles

Les services de police effectuent des contrôles permanents afin de s’assurer du strict respect des mesures. « Ce qu’on fait déjà depuis le confinement, précise le premier inspecteur principal David Quinaux, porte-parole de la police de Charleroi. Les contrôles se font en fonction des circonstances de terrain et des règles de bon sens. On distingue très vite, par exemple, quand une personne est saoule. » Ajoutons qu’aucun document ou attestation ne sont exigés pour justifier de sa présence en rue aux heures indues, comme cela a pu être imposé en France durant le confinement.

Sanctions

Sur base de l’article 187 de la loi sur la Sécurité Civile du 15 mai 2007, des sanctions sont possibles. Cet article est également là pour rappeler que tout rassemblement est strictement interdit. Avec, à la clé, une sanction pouvant consister en un emprisonnement de huit jours à trois mois et amende de 26 à 500 euros, ou d’une de ces peines seulement. Plus couramment, c’est une transaction pénale de 250 euros qui est dans un premier temps proposée aux contrevenants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous