Achats sur plans: les bonnes pratiques

L’achat sur plans devient une pratique de plus en plus courante dans la construction neuve. Mais il vaut toujours mieux se rendre sur place pour voir le futur emplacement de son bien.
L’achat sur plans devient une pratique de plus en plus courante dans la construction neuve. Mais il vaut toujours mieux se rendre sur place pour voir le futur emplacement de son bien.

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier neuf, l’achat sur plans se répand comme une tache d’huile et présente de sérieux avantages. Plus on investit tôt dans un projet, plus il est en effet possible de choisir ses finitions, voire de réaliser quelques modifications comme le déplacement d’une cloison, l’ajout d’un dressing, l’agrandissement d’une chambre, etc. « Acheter sur plans est aussi nécessaire si l’on souhaite avoir le choix, notamment au niveau de l’orientation et l’étage du bien », ajoute Christophe Hendrix, administrateur délégué de l’Immobilière Hendrix. « Chez nous en Brabant wallon, la commercialisation des projets débute en effet dès l’obtention du permis, et plus de 50 % des logements sont généralement réservés avant que l’appartement ou la maison témoin ne sorte de terre. »

Certains acheteurs se montrent toutefois encore réticents par rapport à la vente sur plans, souvent parce qu’ils ignorent à quel point elle est sécurisée. La loi Breyne encadre, en effet, ce type d’acquisition et apporte différentes garanties. « L’acompte et toutes les sommes payées progressivement sont bloquées chez un notaire », illustre Jean-Sébastien Lebutte, responsable département immobilier neuf au sein de l’agence Trevi Namur. « De plus, le paiement des tranches successives au cours de l’avancement des travaux se fait uniquement si l’architecte a certifié que tout a été réalisé conformément à ce qui est prévu. »

Outils virtuels

La loi Breyne offre donc diverses garanties au niveau légal, ce qui n’exclut pas d’être attentif à d’autres points lors d’un achat immobilier sur plans. Comme l’acheteur n’a pas la possibilité de visiter son futur bien, le principal risque est celui d’être déçu. Heureusement, les promoteurs et agents immobiliers utilisent de plus en plus d’outils qui permettent aux acquéreurs de se projeter : visuels, vidéos, simulations 3D, etc.

Cela n’exclut toutefois pas de se rendre sur place… « Même si le chantier est en cours ou n’a pas débuté, il est essentiel de voir le terrain pour analyser l’environnement, observer comment le soleil évolue au fil de la journée et selon les saisons, ou encore bien visualiser l’emplacement du logement sur le site », précise Christophe Hendrix.

L’acheteur doit aussi porter une attention toute particulière au cahier des charges car, en plus de préciser les délais de livraison, « c’est lui qui définit le bien tel qu’on le reçoit », souligne Jean-Sébastien Lebutte. « En fonction des projets, il peut exister de grosses différences au niveau des installations techniques choisies, mais aussi des finitions et matériaux prévus, des budgets alloués pour les cuisines et sanitaires, etc. « Sur base de ce cahier des charges, l’acheteur pourra notamment calculer et comparer les prix entre projets », ajoute le spécialiste.

Attention aux suppléments

Le prix de base d’un logement neuf est en effet généralement majoré de suppléments comme la TVA, les frais de raccordement, l’acquisition éventuelle d’un garage ou parking… Les comparaisons de tarifs doivent donc s’effectuer en tenant compte de ces données, mais Christophe Hendrix souligne qu’« au sein d’un même projet, il n’y a pas de différences de rapport qualité/prix. Par contre, les tarifs varient selon la taille du bien et sa situation. Le prix est par exemple plus élevé pour une orientation au sud ou un appartement dans les étages plus élevés. »

Enfin, il faut savoir que le promoteur a une importance relative. Jean-Sébastien Lebutte précise en effet qu’« un même développeur peut construire des projets avec des positionnements et donc des niveaux de qualité différents. » Comme le souligne Christophe Hendrix, il est toutefois utile de se renseigner sur l’expérience et la fiabilité du promoteur et du constructeur.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Moindre sentiment de bonheur, émotions positives moins fréquentes...: «rentrée» n’a pas rimé avec «félicité» pour les ados...

    Coronavirus: des élèves plus stressés et moins confiants en leur capacité de réussir

  2. Depuis la fin de l’été, les avocats ne peuvent plus bénéficier du droit-passerelle. Pour certains d’entre eux qui débutent dans la carrière, les conséquences sont lourdes financièrement.

    Coronavirus: ces personnes qui passent entre les mailles des aides covid

  3. @Belga

    Jouer à ne pas perdre au risque de ne rien voir: le coup classique du Clasico

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 25»: Noël en juillet

    Ce week-end, il s’est passé un truc incroyable.

    Tout le monde a compris – enfin, on l’espère –, qu’on ne fêtera pas Noël cette année.

    Frédérique Jacobs, cheffe du service infectiologie à l’hôpital Erasme, avait déjà traumatisé tout le monde fin octobre à ce sujet. Et aujourd’hui, c’est la Très Respectable Union des Fêtes Familiales de l’Eté (la T.R.U.F.F.E.) qui prend la parole, au nom de la Fête nationale, de la Fête de la musique, des Feux de la Saint-Jean et de bien d’autres réjouissances estivales pour démontrer que Noël en juillet, c’est loin d’être une catastrophe.

    Oui mais et le sapin ? L’abattage d’un sapin se faisant généralement l’hiver pour différentes raisons (éviter d’avoir trop de résine, moins déranger la faune, etc.), la T.R.U.F.F.E propose de se rabattre plutôt sur les plantes en pot. Des grandes, aux larges feuilles comme le figuier lyre, l’oiseau du paradis, le palmiste multipliant, le dragonnier parfumé, le monstera ou, mieux que tout : le cactus qui empêchera les enfants de...

    Lire la suite

  • En France, il est urgent de bâtir une police exemplaire

    Il ne manquait plus que ça. La France était déjà empêtrée dans une crise sanitaire et économique historique. Elle était confrontée à un malaise social qui ne s’était pas vraiment résorbé mais qui s’était seulement mis en veilleuse depuis la crise des gilets jaunes, à l’hiver 2018-2019. Elle affrontait une nouvelle vague terroriste.

    Et voilà qu’elle s’enfonce dans une fracture sécuritaire terrible.

    Violences policières

    Les images...

    Lire la suite