Accueil Belgique Politique

«Il faut un enseignement adapté à Bruxelles»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Et maintenant que fait-on ? La question taraude les deux bourgmestres. Recomposer la lasagne institutionnelle belge, afin de la rendre plus digeste pour les décideurs de terrain ? Françoise Schepmans et Marc-Jean Ghyssels refusent d’y voir la cause de tous les maux. Et s’y résignent, conscients qu’elle fait partie inhérente de notre pays.

Seule exception, quand même, l’enseignement. En chœur, le socialiste et la libérale plaident pour des écoles plus adaptées aux réalités bruxelloises. « Avant, je défendais la Communauté française, je disais qu’il fallait que l’enseignement francophone soit le même, de Bastogne à Molenbeek, rappelle Françoise Schepmans. J’ai changé d’avis : il y a une spécificité bruxelloise, on doit donc avoir un enseignement adapté. Il faut qu’il soit plus pratique, plus abordable pour les jeunes qui vivent à Bruxelles. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs