Accueil Monde

Argentine: inquiétudes sur la politique du président argentin Macri en matière de droits humains

Il y a 40 ans, l’Argentine sombrait dans une dictature sanglante. Or le gouvernement du nouveau président, Mauricio Macri, semble moins enclin à lutter pour la justice que ceux qui l’on précédé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Il y a 40 ans, un coup d’Etat faisait basculer l’Argentine dans une sanglante dictature militaire, qui a sévi de mars 1976 à 1983, faisant 30.000 morts et disparus, et poussant à l’exil 1,5 million d’Argentins. Pendant ces années sombres, au moins 500 bébés furent en outre volés à des prisonnières politiques et confiés à des familles proches de la junte.

Cette année, les commémorations ont été teintées d’une certaine inquiétude : durant la présidence de Nestor Kirchner (2003-2007) puis celle de son épouse Cristina (2007-2015), tous deux plutôt à gauche, il y a eu une vraie volonté politique d’avancer dans la lutte pour la justice et contre l’impunité. Mais depuis décembre dernier, l’Argentine a un nouveau président, nettement plus à droite : Mauricio Macri.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs