Accueil Opinions Chroniques

Visa pour la Flandre: «Le système politique belge ne fait plus sens»

Johnny Thijs et Christian Van Thillo, deux poids lourds du patronat flamand, ne sont pas les seuls à penser qu’il faut que quelque chose change dans notre Royaume.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 5 min

Christian Van Thillo est un tycoon belge. De Persgroep, dont sa famille est propriétaire, est l’un des plus grands groupes du pays avec des titres comme Het Laatste Nieuws, De Morgen, De Tijd/l’Echo – avec Rossel –, une partie de la chaîne flamande VTM, le néerlandais De Volkskrant et le danois Berlingske. Celui qui dit se situer dans la lignée des Arthur Sulzberger du New York Times, ou Lord Rothermere du Daily Mail, plus que de Rupert Murdoch, s’est fait depuis trente ans un devoir : se taire. «  Le journalisme est libre et indépendant dans cette maison, et c’est sacré pour nous. Je suis religieux à ce sujet.  ». Il n’a donc jamais commenté politiquement l’actualité. Mais cette semaine il a craqué, en se confiant au site américain Politico.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Slezingher, jeudi 31 mars 2016, 14:40

    New York avec ses faubourgs compte plus d'habitants que la Belgique mais celle-ci sous la pression des régionalistes, confédéralistes et petits coqs de village compte plus d'administration et d'élus de tous genres que New York. Comment s'étonner qu'avec cet éclatement notre pays puisse fonctionner. Négligeons ce manque de responsabilité politique et militons pour une recentralisation maximum. Prenons exemple sur certains pays nordiques en ce qui concerne les avantages des élus.

  • Posté par Michel-Julien Renette, jeudi 31 mars 2016, 10:43

    A force de communautariser et de régionaliser à tous crins, on ne sait plus qui fait quoi, ni comment, tellement il y a de trucs, machins, asbl, intercommunales; il n'y a plus d'organigramme visible pour le bon peuple, ni pour les exécutants en bas de l'échelle. D'ailleurs y a-t-il encore une échelle ou sont-ce des escabeaux multiples? Nous manquons cruellement d'hommes d'état véritables ayant des vues à long terme et non pas sur la pointe de leurs chaussures comme actuellement.

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs