Le MR bruxellois veut suspendre la Commission spéciale covid

Le MR bruxellois veut suspendre la Commission spéciale covid

Lancée le 25 septembre dernier à Bruxelles, la Commission spéciale Covid-19 réunit chaque semaine politiques et experts pour analyser et, par-delà, tirer les enseignements de la gestion passée de la crise sanitaire. Un rendez-vous important qui doit se poursuivre, ce jeudi, avec l’audition du ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo). Un moment crucial, notamment pour les membres de l’opposition MR, pressés d’entendre les explications du ministre.

Pourtant, ce même parti estime aujourd’hui qu’il serait hautement préférable de suspendre temporairement les travaux de la Commission, comme l’annonce le groupe MR et ses membres actifs au sein de la Commission (Alexia Bertrand, David Leisterh, Vincent De Wolf, Viviane Teitelbaum et David Weytsman). « Nous estimons qu’il faut faire preuve de responsabilité et que cela n’a plus de sens de continuer à réunir ministres, conseillers de ministres et experts pendant des journées entières, sinon plus, à l’aube de cette deuxième vague et ce, alors qu’ils ont tous d’autres décisions et activités auxquelles ils doivent s’affairer, indique David Leisterh, le président des libéraux dans la capitale. À Bruxelles, nous plaidons cela depuis l’opposition alors que nous pourrions utiliser cet espace politique mais nous préférons nous montrer responsables en demandant la suspension ».

Une suspension temporaire s’entend. « Nous le demandons maintenant car demain est une grosse journée d’auditions », souligne la cheffe de groupe MR au Parlement, Alexia Bertrand. Outre le ministre Alain Maron sont aussi attendus le nouveau commissaire Covid, Pedro Facon ou encore Inge Neven (Commission communautaire commune) et Tania Dekens (Iriscare, l’organisme bruxellois de protection sociale). « Des hauts fonctionnaires qui sont aujourd’hui au four et au moulin et doivent se concentrer pleinement sur la gestion de la deuxième vague ».

Rendre des comptes, oui, mais plus tard

Et non sur la préparation de leur audition devant la Commission. « Préparer ces auditions prend un temps fou sans compter les heures de présence, nous préférons qu’aujourd’hui ces personnes se concentrent sur la crise sanitaire plutôt que de préparer des auditions pour rendre des comptes qu’il faudra rendre, bien entendu, mais plus tard ». C’est qu’il y a du plain sur la planche. « Avec un taux de mortalité deux fois supérieur à Bruxelles, nous lançons un appel au ministre de la Santé Alain Maron à rassembler tous les acteurs rapidement pour renforcer l’action sur le terrain. Le tracing et la détection des clusters ne fonctionnent toujours pas de manière efficace à Bruxelles ».

L’arrêt temporaire de la Commission ne signifierait pas pour autant la suspension du contrôle de l’action du gouvernement régional. Une séance de questions d’actualité avec le ministre de la Santé est plus que jamais nécessaire, indiquent les élus MR qui introduiront une demande en ce sens aux services du Parlement. « Le taux d’absentéisme dans les différentes structures hospitalières, maisons d’accueil et de soin, repart à la hausse. Le personnel soignant subit une pression constante depuis le début de cette crise. Nous interrogerons le gouvernement bruxellois sur la situation dans les maisons de repos. Il faut un monitoring constant pour éviter un nouveau pic de mortalité à Bruxelles. Nous devons protéger autant que possible les aînés du covid-19 ou du syndrome du glissement faute de soins suffisants », concluent les libéraux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous