Accueil Société

Coronavirus: se faire tester avant de partir en voyage, un vrai parcours du combattant

Certains pays imposent un test négatif aux Belges qui veulent venir. Mais les centres de tests n’accueillent plus les personnes asymptomatiques… donc les candidats au voyage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Depuis la réorganisation des centres de test Covid, aujourd’hui réservés aux personnes qui présentent des symptômes, la vie des candidats au voyage est un peu plus compliquée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par FR. W., jeudi 22 octobre 2020, 14:29

    Beaucoup des intervenants sur ce forum n'ont visiblement jamais voyagé pour affaires. Le monde ne s'arrête pas dans les Ardennes et le client ne viendra pas vous chercher si vous êtes terré dans votre bled. Bruxelles, Anvers, Liège, etc ne sont que des villages face aux vraies métropoles économiques, il faut courir pour se faire connaître chez le client international. Maintenant ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, si c'est pour faire bronzette à Ibiza et revenir avec un début de cirrhose du foie ou un cancer cutané, je pense qu'on peut postposer un tout petit peu son voyage dans l'intérêt de tous.

  • Posté par Swalens Robert, jeudi 22 octobre 2020, 17:40

    Lorsque, ce matin, j'ai dit qu'il faudrait interdire les voyages à l'étranger, je ne visais évidemment pas les voyages d'affaires encore que, dans certains cas, le voyage peut être remplacé par une videoconférence. Ayant mloi-même voyagé à l'étranger dans le cadre de ma profession, je visais principalement les voyages d'agrément. J'ajoute que les voyages à l'intérieur du pays n'ont plus guère d'intérêt puisque l'horeca est à l'arrêt.

  • Posté par Staquet Jean-marie, jeudi 22 octobre 2020, 15:22

    Je me laisse entendre dire que si la part de l'emploi public, parapublic et des allocataires en Belgique avec son arsenal de garanties "bétons" était inférieure, la proportion de confineurs intégristes baisserait en conséquence. Il est toujours facile de se mettre du "bon côté" en réclamant des confinements drastiques quand on sait qu'on ne perdra pas un sous quoi qu'il arrive et que tout le risque est intégralement reporté sur des gens qui, eux, risquent de tout perdre. Quand un conflit finira par éclater entre les deux "camps" à l'issue du x-ème confinement, je me demande comment on "cassera les chaînes de transmission" du virus...

  • Posté par Dib Rihon Renata, jeudi 22 octobre 2020, 13:49

    Honnêtement, comment peut-on justifier de vouloir faire des tests pour partir en vacances alors que nous avons trop peu de tests pour des gens qui en ont vraiment besoin?

  • Posté par Taif Mohamed, jeudi 22 octobre 2020, 14:08

    Les gens ne partent pas nécessairement en vacance. Quelques-uns doivent utiliser la dernière fenêtre possible pour dire adieu à des proches.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs