Présidentielle aux Etats-Unis: Barack Obama fustige «le niveau d’incompétence» de Donald Trump

Présidentielle aux Etats-Unis: Barack Obama fustige «le niveau d’incompétence» de Donald Trump
Reuters

L’ancien président américain Barack Obama a appelé mercredi les démocrates à ne pas faire preuve de complaisance et à se mobiliser en masse pour permettre à Joe Biden de l’emporter face à Donald Trump le 3 novembre. «Je ne m’intéresse pas aux sondages», a-t-il lancé depuis Philadelphie, rappelant qu’ils étaient favorables en 2016 à Hillary Clinton avant sa défaite surprise. «Beaucoup de gens sont restés chez eux, ont été flemmards et complaisants», a-t-il souligné. «Pas cette fois! Pas lors de cette élection!», a-t-il martelé, à 13 jours du scrutin.

Dans un réquisitoire cinglant contre son successeur, Barack Obama a dénoncé un président qui s’est montré incapable de prendre son poste «au sérieux». «Tweeter en regardant la télévision ne résout pas les problèmes», a-t-il lâché, lors d’un meeting en mode «drive in» devant des sympathisants à bord de leur voiture, pandémie oblige.

Si Barack Obama a fait son retour en pleine lumière après des mois de campagne virtuelle, Joe Biden n’avait, pour le troisième jour consécutif, rien à son programme public.

Donald Trump continuait lui de sillonner les Etats-Unis, à la veille du dernier débat très attendu entre les deux candidats. Un contraste frappant, et rare, si près de l’échéance.

«Incompétence et désinformation»

Avec plus de 221.000 morts du Covid-19, les Etats-Unis affichent le plus lourd bilan du monde pour un seul pays. «La pandémie aurait été difficile pour n’importe quel président», a reconnu Barack Obama.

«Mais le niveau d’incompétence et de désinformation, le nombre de gens qui ne seraient peut-être pas morts si nous n’avions fait que les choses évidentes...», a-t-il lâché, en affirmant que Joe Biden et sa colistière Kamala Harris seraient capables de «gérer cette pandémie de façon plus efficace». «Les ex-présidents ne se mêlent d’ordinaire pas trop de politique», a déclaré à CNN David Axelrod, ancien conseiller de Barack Obama, à propos de ce meeting. «Je pense que c’était son intention, mais Trump a changé la donne».

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous