Le procès de Boris Becker, endetté, se tiendra en septembre 2021

@News
@News

Boris Becker a plaidé non coupable jeudi face à un tribunal londonien qui l’accuse de ne pas avoir remis certains de ses trophées – dont celui gagné à Wimbledon en 1985 – afin de régler ses dettes, lui donnant rendez-vous en septembre 2021 pour son procès.

Déclaré en faillite en juin 2017, l’ex-star du tennis allemand est accusé de ne pas avoir respecté ses obligations de divulgation d’informations, notamment bancaires.

En juillet 2019, 82 articles, parmi lesquels des trophées et souvenirs personnels, avaient été vendus aux enchères et avaient rapporté 765.000 euros, une somme destinée à éponger une partie de ses dettes.

Jeudi, Becker a été accusé d’avoir dissimulé plus d’un million de livres (1,1 million d’euros) détenus sur des comptes bancaires, ainsi que des biens.

Parmi ces derniers, son premier trophée glané à Wimbledon en 1985, l’argenterie obtenue en 1989 lors du même tournoi et ses trophées gagnés à l’Open d’Australie en 1991 et 1996.

Il est également accusé d’avoir retiré des centaines de milliers de livres sterling et de les avoir transférés sur d’autres comptes, notamment ceux de son ex-femme Barbara Becker et de sa femme Sharlely « Lilly » Becker, dont il est séparé.

L’Allemand de 52 ans a plaidé non coupable de tous ces chefs d’accusation.

La procureure Rebecca Chalkley a précisé que M. Becker, qui vit à Londres, pourrait être inculpé de nouveaux chefs accusations à une date ultérieure.

« Il (Becker) est déterminé à faire face, à contester ces accusations et à rétablir sa réputation par rapport aux allégations portées contre lui », a déclaré Jonathan Caplan, son avocat.

L’ancien joueur a déjà eu des déboires judiciaires pour des dettes impayées avec la justice espagnole, concernant des travaux dans sa villa de Majorque, et avec la justice suisse, pour ne pas avoir payé le pasteur qui l’avait marié en 2009.

En 2002, la justice allemande l’avait condamné à deux ans de prison avec sursis ainsi qu’à 500.000 euros d’amende pour quelque 1,7 million d’euros d’arriérés d’impôts.

Six fois titré en Grand Chelem, « Boum Boum » Becker, ainsi surnommé pour son service ravageur, a remporté 49 titres et obtenu plus de 20 millions d’euros de gains pendant sa carrière sportive.

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous