Accueil Belgique

Charles Michel: «En neuf mois, on a changé le moteur économique du pays»

Après une folle semaine, le Premier ministre se livre. Il défend les zones d’ombre de son tax shift et se félicite de l’absence du Parti socialiste.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

C’est un Premier ministre fier et souriant qui nous a reçus ce vendredi, dans sa résidence du Lambermont. Il a deux bonnes raisons d’avoir le sourire : l’assainissement budgétaire est bouclé, et le tant attendu « tax shift » (glissement fiscal) aussi. D’ici 2018, c’est 7,2 milliards qui seront dégagés pour renforcer le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises.

Est-on sûr qu’il va créer de l’emploi, votre tax shift ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs