Accueil Opinions Cartes blanches

«Si tout est politique, rien ne l’est»

« Tout est politique ». Cette maxime, visant à faire jour sur les formes les plus intimes de la domination, permet-elle réellement une « politisation » des individus ou signe-t-elle, au contraire, la mort de la politique, s’interroge dans une carte blanche Jean-Baptiste Ghins.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Bannière de mai 68, le syntagme « tout est politique » revient à la mode. Récemment, Costa Gavras, réalisateur du film Amen (2002), l’a mobilisé au cours d’une interview, tout comme le député français François Ruffin, figure indispensable de la France Insoumise. Attribué tantôt à Antonio Gramsci, tantôt à Thomas Mann, l’aphorisme trouve un écho jusque dans l’œuvre de Carl Schmitt. Sa variante, la formule « le personnel est politique », popularisée par l’auteure américaine Carol Hanisch en 1969, tient lieu de prémisse incontournable pour de nombreuses féministes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 29 octobre 2020, 18:27

    C´est ça, la "philosophie" ? Pourrait-on traduire ce pompeux charabia en français ?

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs